05/11/2006

Stephanie : double mixte

3

J’utilise la technique mixte supposée être l’héritière de celle des Primitifs flamands. Il s’agit d’une technique à l’huile fondée sur la mise en œuvre de média artisanaux. Elle implique une alternance de glacis (transparences colorées) et de blancs neutres au moyen desquels on façonne le modelé.

 

On ne réalise pas le modelé en un seul passage : en fonction de l’adresse et de l’expérience du peintre les couches de glacis et de blancs se succèdent un nombre de fois indéfini (pour donner un ordre d’idée, cela peut (mais ne doit pas) aller jusqu’à plusieurs dizaines de passages. On monte d’abord les blancs en bichromie avec une teinte neutre déterminée par le rendu final souhaité (ambiance chaude ou froide traduite par un bleu de Prusse ou un bleu outremer). Lorsque le modelé satisfait, on passe à la couleur.

 

Quand on examine de près un tableau d’un Primitif flamand, on perçoit aisément la transparence des glacis. Parfois, on relève des « repentirs », le tracé ancien d’une posture de membre prévue à laquelle on en a finalement préféré une autre.

 

La saturation progressive du blanc vers les zones les plus saillantes du modelé a pour effet d’opacifier, autrement dit, de réfléchir la lumière plus intensément. C’est ainsi que l’impression du volume se fait jour … je sais…mon campinexplication tourne en rond…..J'essaie juste d'être claire... . Si vous faites l’expérience consistant à placer un point blanc au centre d’un carré noir et l’inverse, vous constaterez que l’on perçoit le noir en retrait par rapport au blanc, que le blanc semble etre en avant (id.).

 

Et donc, voilà une première montée de blancs.

 

Voici aussi le portrait de Robert Campin (celui que je copie).

 

Merci de ne pas me reprocher l'absence de ressemblance. A ce stade, c'est hors sujet...

09:27 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je peins, peinture |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.