08/11/2006

Erotisme… et Bobos : la diversion organisée

France invisibleParler des bourgeois bohèmes, c'est ne pas parler des pauvres

Dans un article paru dans un ouvrage collectif, La France invisible, Xavier de La Porte met en parallèle le destin du néologisme « bobo » avec celui d'une autre expression, « travailleurs pauvres », qui qualifie les salariés dont le revenu n'est pas suffisant pour leur assurer un niveau de vie correct : on peut avoir un emploi et être SDF.

Les deux termes sont nés aux Etats-Unis, le premier à la fin des années 70 (« working poors », en VO), le second en 2000 avec un livre intitulé Bobos in paradise.

Le premier a mis quinze années à traverser l'Atlantique, le second n'a eu besoin que... d'un mois !

Autre différence, et de taille: le premier fut créé par des chercheurs pour décrire une réalité économique et sociale et désigne effectivement une nouvelle classe, comptabilisée comme telle dans les statistiques américaines. Le second est le fruit des élucubrations brillantes mais subjectives d'un journaliste new-yorkais, David Brooks.

Pauvres travailleurs pauvres! Les médias français continuent de s'étonner, vingt-cinq ans après, de leur existence, comme le prouve Xavier de La Porte, moult citations à l'appui. Heureux bobos! Eux se sont retrouvés accommodés à toutes les sauces, tout simplement parce que les journalistes s'identifient à cette catégorie d'autant plus floue qu'elle n'est pas sociologiquement définie. Annick Rivoire, première à écrire sur les bobos dans Libération, le reconnaît, tout comme un chercheur qui s'est résolu à utiliser le mot pour attirer l'attention sur ses travaux.

Renaud, si adroit à dézinguer les bourgeois beaufs il y a quelques années, a donc, en attaquant les bourgeois bohèmes, pris pour cible une hydre chimérique, une forêt tendance qui cache l'arbre de la réalité sociale.

Car il s'agit bien de cela : pendant qu'on parle de bobos, on ne soigne pas les plaies

SAMUEL GONTIER -TÉLÉRAMA 2963 -25 OCTOBRE 2006

23:41 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je n ecris pas, je seme donc j entends |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.