30/11/2006

Steph : Mi’zelle toute à l’envers

7C’est elle et c’est moi.

 

Elle est de coté parce que je travaille dessus comme ça et que je vais continuer…et même toute à l’envers…la tête carrément en bas.

 

Pourquoi ce comportement étrange ? De cette manière, je ne me soucie pas de la réalité que je cherche à restituer mais des formes présentes sur mon modèle (le modèle, on y viendra). Je « raisonne » en termes de formes non en termes d'objet (le nez, les yeux…) et c’est important car, alors je ne suis pas « encombrée » par la représentation a priori que je m’en fais et ce n’est pas « ça », précisément que je cherche à restituer.Je ne vous ai pas encore dit que j’étais une enfonceuse de portes ouvertes ? Eh bin, c’est fait…. Cette manière de procéder correspond à la « méthode du cerveau gauche » que je ne vais pas vous décrire parce qu’elle correspond à ce que je viens de dire (si MI jolie passe par là, elle donnera d’ailleurs certainement le lien vers le brillant exposé qu’a fait une participante à une soirée « filles avec cerveau » où j’ai été particulièrement « réactive »)Avec moi, il y une petite nuance, of course.Comme je suis gauchère, mes paramètres sont inversés et donc, moi (parole d’expert), je pratique la méthode du cerveau droit. Na !

 

En ce qui concerne le modèle, vous voyez que je peins d’après photo.

 

« Quelle imposture ! », direz-vous….Je commencerai par répondre : « faites-le. On verra ce que ça donne».

 

ProserpinePlus sérieusement, je travaille d’après photo parce que je ne me prête pas une importance suffisante pour demander à quelqu’un de poser . Notez, pour information, qu’à ce stade, j’en suis à plus de cent heures de travail…

 

Par ailleurs, l’imposture en question est aussi vieille que la photo elle-même. Intéressez-vous de près à un peintre du 19 ème ou du 20ème siècle, il y a souvent de la photo derrière ses réalisations : voyez Fernand Khnopff, Eugène Delacroix, Marie Laurencin, Dante Gabriele Rossetti qui ne s’est pas contenté de travailler d’après les clichés de la femme de William Morris mais a embarqué le modèle…De l’autre coté, quelqu’un comme Eugène Atget a travaillé pour Georges Braque, Maurice Utrillo…Ben voui….

 

Et pour continuer avec les gens intéressants, si vous voyez de tout près un tableau de Rossetti (il y a eu une expo à Amsterdam il y a 2 ans), vous constaterez que sur les visages de ses jolies Anglaises rousses les ombres sont vertes….

 

L'illu : Jane Burden, Madame Morris, interprétée en Proserpine par Rossetti

22:13 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peinture, je peins |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.