03/12/2006

Des mois de travail

Desiree DolronDans l’article de Luc Desbenoit (Telerama 2968) sur le très beau travail photographique de Desiree Dolron, je lis : « elle a travaillé pendant des mois à l’aide de l’outil numerique». Oui mais « des mois » à raison de combien d’heures par jour ?

 

Loretta LuxA une époque où je me piquais d’écrire, une romancière belge s’était étonnée que j’aie écrit en huit mois quelque chose qui prétendait au statut de roman. « Moi, il me faut 3 ou 4 ans », disait-elle. Umberto Eco, lui, a consacré 8 ans au "Nom de la Rose". Huit ans à raison de 2 mois par an puisque comme vous le savez, il est professeur, chercheur, conférencier et tout ce que vous voudrez. Loretta Lux dit également qu’elle passe « beaucoup de temps » sur la création d’une photographie. Et moi, qu’est-ce que ça fera quand je dirai que j’ai passé 200 heures sur « Stephanie » ? Ca n’a d’autre valeur qu’indicative. Vous penserez : « Il faut être siphonné pour consacrer autant de temps à ce genre d’activité » ou peut-être quelque chose de plus empathique si le terme « passion » vous parle.

 

Qu’ont-ils besoin de s’appesantir sur une information aussi floue (« 6 mois » à raison de combien d’heures par jour, donc… information dont je ne conteste nullement la véracité puisqu’il m’est arrivé de passer des jours sur Photoshop à travailler un photomontage) quand la précision n’exerce aucun impact sur la « valeur » de l’objet.

 

Henri MatisseC’est la notoriété qui fait la valeur. Qui ignore cette réalité ? (je ne prétends évidemment pas que les artistes reconnus sont médiocres...) Pour prendre un exemple très schématique, combien d’heures estimez-vous qu’Henri Matisse ait consacrées à l’un de ses découpages ? Je n’ai pas la réponse. Je crois toutefois que cela ne surprend personne de payer 30 euros pour une simple reproduction en poster de l’un d’eux.

 

 

moi en Claire ChazalA l’heure actuelle, Je jouis d’une gentille réputation en tant que peintre décoratrice qui fait que mes clients acceptent mes prix sans broncher. A mon niveau très modeste, je constate déjà que je fais l’objet d’un mini-processus de « mythologisation » : on parle régulièrement de moi dans des revues. Ca me confère une aura qui amène des gens à avoir envie de me connaître. Ce qui s’ensuit, c’est autre chose car, moi, je vis dans le réel et je ne corresponds pas nécessairement à ce qu’on imaginait (Rha la la ! Des fois, il faudrait que je songe à prévenir que je ne ressemble pas souvent à Claire Chazal – contrairement à ce que laisse croire le très joli portrait que Louis-Philippe Breydel a fait de moi - que je roule dans une Honda qui a 270.000 km au compteur , que, bien que j’aie renoncé à mes deux doudous et ma bouillotte, l’hiver, je nourris une allergie à je ne sais pas quoi qui me donne les yeux fripés et bouffis surtout le matin…)….Tout cela pour dire que le fait que mon nom et mon image circulent légitiment mes prix (qui sont ceux du marché, je le précise tout de même…). « Je suis connue : c’est normal » et en sus, les gens bénéficient de mon scrupule, de ma ponctualité, ce qui n’est pas nécessairement garanti dans le milieu. moi en artiste par Louis-Philippe BreydelPour les tableaux, je ne suis pas connue. C’est un public différent. Et les 200 heures ne font pas le poids. Le galeriste chez qui j’ai fait mon unique exposition – la première, la dernière et la plus récente - me dirait : « si vous voulez vendre, 800 euros, c’est bien ». Wim DelvoyeMais je ne veux pas vendre ! Ouf ! Je n’ai aucun besoin de brader ce qui m’importe le plus ! Je vais d’abord tenter d’opérer la jonction miraculeuse et, comme Wim Delvoye, ma référence ultime en matière de self-marketing, attendre que ma cote ait monté pour y songer. Rho ! Mais comme c’est trivial! Je parie que vous venez de cesser de m’estimer !

 

Là-dessus, je vous suggère une petite lecture dont je dois la découverte à Marco : « L’élite artiste – Excellence et singularité en régime démocratique » par Nathalie Heinich. Bib. des Sciences humaines - Gallimard. 2005

 

les photos de moi sont l'oeuvre de Louis-Philippe Breydel

16:09 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peinture, je peins, j ai des visions |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.