15/01/2007

Phone plus ou moins

Phone PlusAprès le long assoupissement des fêtes, le monde s’est éveillé. J’ai donc bougé. Vendredi, j’ai envoyé à une série de journalistes le mail dont vous lirez le texte ci-dessous. Le matin même, j’ai obtenu plusieurs réactions. La rtbf radio de Charleroi adopte le sujet et le groupe SudPresse (6 journaux : la Meuse pour Liege, la Nouvelle Gazette pour Charleroi, Nord Eclair pour Tournai, La Capitale, la Province pour Mons, le Quotidien de Namur) a réagi très promptement puisque l’article de Nord Eclair est déjà paru samedi. Pour la suite, je continue à battre la campagne cette semaine. Vous verrez que je n’ai pas mis l’accent sur Phone Plus. Ayant discuté avec d’autres personnes également concernées, j’ai eu confirmation que Phone Plus n’avait pas l’exclusive en matière de manipulation indélicate. Et puis, l’objectif de la petite campagne que je mène n’est pas de tordre le nez à ces sociétés contre lesquelles nous ne pourrons rien mais au moins de permettre aux personnes de défendre leur...dignité…mais oui!

 

LE MAIL :

 

Objet : solliciter votre engagement dans une action de défense du droit de citoyens confrontés à une escroquerie massive.

 

Madame,

 

Dans le cadre de la libéralisation des marchés, des opérateurs de tous ordres ont recruté leur clientèle via des démarches marketing parfois douteuses.

 

Les annexes vous décriront un exemple concret du modus operandi de l’un de ces opérateurs.

 

La manipulation est tellement bien conçue que le document falsifié – par lequel on fait de vous un client malgré vous - prend les allures d’un contrat en bonne et due forme tel que la victime de l’escroquerie est contrainte de s’incliner. Vu le caractère recevable du document en question, le Ministère Fédéral de l’Economie ne peut prendre en compte une telle plainte que si elle est réitérée de façon signifiante.

 

Après vérification auprès du directeur de la grande surface où ces actions ont eu lieu - le Carrefour de Gosselies – il s’avère que les opérateurs indélicats sont nombreux. Leur manière de procéder est d’autant plus blâmable qu’elle vise une clientèle fragile : des femmes et des personnes âgées qui constituent l’essentiel de la clientèle des grandes surfaces, autrement dit, des personnes quasi résignées par avance devant l’évidence de leur vulnérabilité.

 

En réponse à mes interpellations, Geneviève Bruynseels, Directrice de la Communication de l’ensemble des Magasins Carrefour m’a fait part de son intention de cesser toute collaboration avec l’opérateur sur lequel j’ai focalisé l’attention (Phone Plus). Elle n’a toutefois pas donné de suite favorable à la demande que je lui ai adressée de mettre à la disposition de la clientèle lésée - sous format papier – le formulaire de plainte édité par le Ministère fédéral de l’Economie – qui permettrait à un ensemble de personnes lésées de se plaindre en nombre signifiant.

 

Dans une ambiance de crise où l’urgence de se mobiliser devient aigue, il est consternant de constater combien les pouvoirs politiques et économiques continuent de recourir à des stratégies (« panem et circenses » et « diviser pour régner ») aussi cyniques qu’éculées.Comment s’étonner dès lors de l’(hypothétique) égocentrisme du citoyen quand celui-ci ne se voit plus traiter que comme une vache à lait décérébrée et dépourvue de dignité ?

 

Dans ce contexte où de nombreuses personnes éprouvent un double sentiment de honte et d’humiliation et où le terme « consommateur » s’est insidieusement substitué à celui de « citoyen » , il est essentiel que ceux qui disposent d’une tribune fassent ce geste qui consiste à défendre la dignité de ceux qui se résignent par manque de moyen.

 

Concrètement, je vous demande de faire ce geste minimum qui consiste à informer les citoyens de la possibilité de se plaindre, sachant qu’un ensemble de plaintes individuelles rendra la cause recevable.

 

(Vu le caractère indistinct du public concerné, je précise qu’il est nécessaire que plusieurs médias diversement ciblés se mobilisent).

 

Ils peuvent le faire de deux manière différentes :

 

1/ en téléchargeant le formulaire de plainte édité par le Ministère de l’Economie du Gouvernement Fédéral à l’adresse suivante :

 

http://mineco.fgov.be/protection_consumer/complaints/form_complaint_consumer_fr.doc form_complaint_consumer_fr.doc>

 

2/ En demandant le formulaire de plainte au Ministère de l'Economie au 02 277 54 85

 

 

Depuis l'envoi de ce mail, chacun des journalistes avec qui j'ai parlé m'a dit la même chose : lorsqu'ils on tenté de recouper en demandant leur point de vue à la direction de l'hypermarché et de Phone Plus, ils ont été éconduits....Ca, c'est communiquer!

14:53 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : phone plus |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.