01/02/2007

Rififille à Ubuland

Ingrid Colicis"Un show qui jette un froid", titre un Didier Albin goguenard.Il y avait des sous pour l'hébergement d'urgence à la Région wallonne : la Ville n'a rien sollicité. Colicis dénonce. En réclamant le mois dernier un « plan Marshall de la grande pauvreté» à Charleroi, Ingrid Colicis (PS) avait déjà annoncé à sa majorité communale la couleur d'une mandature qu'elle entendait placer sous le signe du « retour du coeur ».

Ses camarades qui avaient condamné son impertinence ont dû la trouver plus arrogante encore ce lundi, lors du conseil. Profitant d'une interpellation de la conseillère Ecolo Anne Cattiez sur la problématique du « sans-abrisme », Colicis a littéralement carbonisé le collège sous les applaudissements d'une poignée de SDF et de travailleurs sociaux venus assister aux débats. Ils ont soutenu avec la même ferveur celles qui partagent leurs tentes en bord de Sambre : Anne Cattiez et Fabienne Manandise (CDH) qui ont relayé leur impatience de voir changer les choses et « d'obtenir du concret dès demain ».

C'est Ingrid Colicis qui s'est montrée la plus revendicative. Le ton de ses répliques a fait monter la tension dans le groupe socialiste, après une explication entre leséchevins Parmentier et Massin sous le regard d'un bourgmestre imperturbablement souriant.

Il faut dire que Marc Parmentier, le président du CPAS, avait cherché l'incident : à l'entendre, la proposition de convoquer une table ronde sur la coordination entre les intervenants sociaux du « sans-abrisme » satisfaisait les revendications des SDF. Pour le reste, il s'était réjoui de la décision d'établir dans les communes de l'arrondissement un inventaire des bâtiments publics inoccupés, à l'initiative des présidents de CPAS. Et il avait appelé de ses voeux l'amorçage d'un fonds de cohésion sociale, financé par l'Europe, pour améliorer les conditions de vie des pauvres.

Un supplément de 1,72 million d'euros

Marc Parmentier avait surtout commis l'erreur d'inviter Ingrid Colicis, élue à la Région, à demander des comptes à la ministre de tutelle, Christiane Vienne. Or, des comptes, Ingrid Colicis en demande régulièrement depuis 2005. En 2 ans elle a interpellé la ministrte Vienne a cinq reprises à ce propos. Ingrid Colicis a ainsi appris qu'un montant de 1,72 millions d’euros avait ete affecte à l'accueil et à l'hébergement d'urgence dans le cadre du budget 2007, qu'une augmentation du même ordre était réservée pour les cinq relais sociaux, que les six services d'insertion allaient profiter d'une majoration de 71.000 euros, Elle a enfin, et surtout, appris que Charleroi ne s'était pas donné la peine de demander quoi que ce soit.

Un silence de quelques seconde a glacé sa majorité quand elle a balancé cette vérité dans la salle du Conseil. C 'était dur. Colicis s'est ensuite attaquée à l’échevin du logement, avec la même rage au ventre, pour déplorer son manque de volonté politique d'agir dans l'urgence. Massin en est resté coi".

Un papier de Didier Albin paru dans Le Soir de mercredi.

Youhou!

18:27 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je n ecris pas |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.