04/02/2007

Merde d'artiste

PieroManzoniCertes, je n'ai rien inventé. Paul Mac Carthy non plus. C'est dimanche : je chipote et je laisse travailler les autres. Je vous copie-colle un texte joliment écrit concernant le travail de Piero Manzoni. On avance.

"On entend souvent parler de personnes qui ne comprennent rien à l’art contemporain mais adorent celui du passé. Cela provient d’une incompréhension fondamentale de l’art lui-même et nous pouvons être sûrs que ces personnes qui disent ces choses ne comprennent pas plus l’art du passé que celui de notre temps.

 

Parce que comprendre une peinture ou n’importe quelle œuvre ne signifie pas comprendre son sujet mais assimiler son sens.

 

L’art est fait pour communiquer et non pour fournir un décor luxueux.

 

L’art est et a toujours été magique, un objet religieux. Mais les dieux changent, ils changent continuellement, évoluant de la même façon que la société évolue. Chaque instant est une nouvelle étape, à chaque instant une nouvelle civilisation naît.

 

L’artiste est le héraut des nouvelles conditions humaines. Il découvre les nouveaux totems dont chaque époque possède les graines mais de façon inconsciente.

 

Et donc, le concept de l’art, de faire de l’art, le concept de la poésie, ne peuvent pas avoir de sens pour nous, le moment artistique ne réside pas dans ces notions mais en éclairent, en réduisant en images, les mythes universels préconscients". - PIERO MANZONI - 1961

 

 

Piero Manzoni est né à Cremone en 1933 et est décédé brusquement en 1963 à Milan. Après ses premières œuvres, réalisées en 1956, il développe avec son collègue Enrico Baj le groupe Arte Nucleare. Ensuite, il fondera avec l’artiste Enrico Castellani la revue Azimuth qui fut extrêmement importante pour la diffusion et le rassemblement d’une nouvelle esthétique en Europe, celui des mouvements Nul en Hollande, Zero en Allemagne, du Nouveau Réalisme en France et du spatialisme en Italie. Manzoni est considéré comme un artiste pré-conceptuel et ses actions provocatrices rappellent l'esprit dadaïste.En 1957, il crée ses premières œuvres singulières, les achromes, des toiles préparées, fripées et trempées dans du sulfate de calcium et de la colle. Ces œuvres le mettaient en contact avec les artistes qu’il admirait comme Yves Klein pour les monochromes, Lucio Fontana pour ses concepts spatiaux perforés ou incisés et Alberto Burri pour ses sacs suturés et cousus.

 

Souffle d’artiste constitue la première utilisation par Manzoni d’un produit de son corps, présenté sans altération, certifié authentique, exploité en quantité. Alors que 50 cc air de Paris (1949) de Marcel Duchamp avait une charmante connotation culturelle, Manzoni ne plaisantait pas et restituait réellement l’anima ou l’inspiration de l’artiste.

 

C’est un désir naturel des artistes que de vouloir que leurs œuvres leur survivent. Le raisonnement inverse conduisit Manzoni à s’assurer qu’il survivrait à ses corpi d’aria quand il choisit des ballons bon marché qui restituaient l’anima à l’atmosphère et qui retombaient flasques au bout d’un moment.

 

En mai 1961, Manzoni réalisa 90 boîtes de « Merde d’artiste » d’un poids de 30 grammes chacune qu’il proposa à la vente au prix courant de l’or. Après son souffle et les empreintes de son pouce, c'était la troisième et de loin la plus choquante des offrandes de l’artiste, encore que parfaitement compatibles avec celles qui l’avaient précédée. Rappelons que personne ne fit attention au Porte-Bouteilles de Duchamp ni à sa Roue de Bicyclette jusqu’à l’exposition scandale de son célèbre urinoir.

 

Manzoni n’avait aucun besoin de se rebeller contre son environnement ou de s’en exclure ; tout au plus agissait-il selon sa conscience et quelquefois d’une manière insouciante. Il ne voyait aucun conflit fondamental, aussi longtemps qu’il y eut des acheteurs, entre une quête de l’absolu et l’échange de merde contre de l’or.

 

l'origine de ce passage = http://www.i-art-c.org/exposition/0104BB/manzoni.html

17:01 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je n ecris pas, art |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.