14/03/2007

Eh bien moppez maintenant…

TheMoppetShowMon prof de latin préféré disait : « il n’y a pas de sot métier ». …Ca n’empêche que personne n’aurait l’idée de faire, par exemple…. « technicien de surface » . Notez qu’on emploie l’expression au masculin alors que les messieurs sont des exceptions dans le domaine.

 

 Je pensais que l’expression « technicien de surface » était un euphémisme mais non, les amis…pour faire ça bien, ça exige un apprentissage sérieux : les produits, les machines, les gestes, les rythmes, la sociabilité, la courtoisie, la discrétion. Il y a une logique à tout cela, des critères d’efficacité qui font que l’on ne s’improvise pas « technicien(ne) » de surface. Ah ah ! Nous voilà bien surpris… !

 

 Mes élèves m’ont appris des mots (« mopper », c’est passer sur le sol une espèce de balai plat ceint d’une toile mince en micro-fibres qui ne quitte jamais la surface du sol) et des gestes techniques (« mopper en 8 » pour tirer la poussière en venant toujours la reprendre de manière à balayer le plus efficacement possible). La légitimité du terme « technicien » tient au fait que le métier s’est technicisé en vue d’accroitre le rendement, l’efficacité, l’hygiène.

 

 Et puis, comme mes élèves ne me ressemblent pas et que j’ai oublié qu’un jour je ne savais pas « certaines choses », ils me permettent de comprendre ce que c’est que ne pas savoir qu’on ignore alors qu’on devrait le savoir … Je ne parle pas ici de savoir-faire mais de savoir-être. Quand on n’a pas intégré le sens des rôles et de la hiérarchie (s’incliner, se taire, entretenir une certaine réserve, une certaine révérence….) et que cela ne fonctionne pas comme une « évidence », « savoir mopper en 8 » passe au second plan tandis que vous devenez la personne qui n’a pas de savoir-vivre ou n’est pas sociable, ce qui revient au même. Certes, ces mots sont désuets mais dans le monde du travail, la réalité qu’ils désignent demeure une exigence implicite : on ne le dit pas mais ça fait partie des prérogatives de la communauté. Même dans l’âpre monde des techniciens de surface, la dualité sociale sévit.

 

 Alors, les amis, moppez en 8, pliez votre serpillière en 8, modifiez vos représentations quant au métier de technicien de surface, allez voir « we feed the world » et "an unconvenient truth" et SIGNEZ LA PETITION DONT LE LIEN FIGURE AU-DESSUS.

15:22 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j enseigne donc je sers, je seme donc j entends |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.