30/03/2007

Tant qu'à faire...

childlabor7"Les Français sont en train de se poser la question de savoir s'ils ne devraient pas imprimer sur les paquets de cigarettes (dont le prix vient d'ailleurs d'augmenter considérablement) la photo d'un fumeur atteint du cancer du même nom ainsi que la mention " le tabac tue". L'effet sera-t-il suffisamment dissuasif que pour décourager les futurs consommateurs ou faire baisser la fréquence d'inhalation des adeptes de Jean Nicot (1530-1600). L'idée n'est pas bête et pourrait faire des petits. On ferait imprimer sur les sachets de bonbons des photographies de dents gâtées et sur les étiquettes des bouteilles de bière ou de whisky des clichés d'accidentés de la route perdant leurs derniers litres de sang dans le bas fossé.

 

 Sur chaque emballage plastique, chaque canette, chaque bouteille d'eau minérale, une vue de décharge publique où s'entassent pour des siècles les rebuts de notre société d'hyper consommation. Sur nos T-shirts, casquettes et chaussures de sport, on verrait le portrait des enfants esclaves qui, dans des caves obscures quelque part en Asie, pour quelques centimes d'euro, cousent de leurs petits doigts les vêtements que nous porterons seulement quelques fois avant de les bazarder parce que le coloris ne sera plus de saison. Il faudrait aussi apposer sur chaque litre d'essence l'image d'une mouette mazoutée et sur chaque baril de pétrole celle des terres inondées par les océans qui vont bientôt déborder suite au réchauffement de la planète ou celle de populations martyrisées par des guerres dont le seul but est de préserver l'approvisionnement d'or noir des pays les plus riches et les plus égoïstes du monde. Excusez-moi, je m'énerve. Au fond, la meilleure solution serait peut-être, tout simplement, de faire imprimer sur les billets de banque cette mention : " Peut nuire gravement à l'humanité".

 

 Philippe Geluck.

10:37 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je n ecris pas, haikus sentences et aphorismes |  Facebook |

23/03/2007

she drives me crazy (like no one else)

Fine Young Cannibals La réponse de la Reine des Chats à la Princesse mandchoue (avec Christophe Salengro en vrai)

 

 Cliquez sur l'image et ouvrez la fenetre.

16:15 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j ai des visions |  Facebook |

21/03/2007

Daniel Lee

DanielLee Photoshop, toi ma star.

21:26 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art, photographie, j ai des visions |  Facebook |

19/03/2007

Les indigènes sont parmi nous

unpassereauIndigèneQuand j’étais enfant, les boucheries affichaient un panneau indiquant « viande fraiche indigène du pays ». En pleine époque coloniale, le mot « indigène » charriait une fantasmagorie à la Joséphine Baker. Enfin il fallait tout de même un sérieux effort mental pour attribuer un pagne en bananes aux gigantesques demi-carcasses qui pendaient là.

 

 Or donc, voici le retour des indigènes.

 

 Après la sarabande des macchabées, je découvre le monde merveilleux des passereaux indigènes qui sont la passion d’un monsieur que j’ai rencontré chez mon client funèbre. (Comme quoi tout se tient….ma version de la loi de Lavoisier). Monsieur le passionné de passereaux indigènes m’a donc fait faire le parcours du néophyte (comme je l’avais fait chez l’entrepreneur de pompes funèbres), il m’a montré ses petits chéris et a attiré mon attention sur la cage gériatrique où, comme son nom l’indique, il a rassemblé les vieillards. A quoi ressemble un vieux passereau indigène ?

 

 A un mini vautour : il est chauve, avec trois poils sur le sommet du crane, et éventuellement aveugle. Et avec un peu de chance, il est également sourd car ainsi va la vie. J’aurais bien ajouté qu’il est probablement édenté mais bon…

 

 Je me suis épanchée auprès de mes élèves au sujet de cette histoire de pagne en bananes. Car bien entendu, mes passereaux indigènes, je leur en attribue secrètement un. L’une de mes élèves, Maria, une russe, m’a dit que c’était naturel que je fasse ce genre d’association qui était inhérente à la définition du terme. Comme, selon moi, elle se trompait, nous avons vérifié au dictionnaire. Eh bien, le pagne a droit de cité, les amis car, dans une définition dérivée, le terme « indigène », n’est pas seulement synonyme d’ »autochtone », il désigne également les natifs des pays d’outre-mer avant la colonisation.

 

 Et c’est ainsi que les passereaux indigènes portent secrètement un pagne en banane.

 

 (Je suis l’auteur de ce lamentable photomontage).

 

 

21:58 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je m expose, l inventaire indigene, j ai des visions |  Facebook |

16/03/2007

to night

2Nite SmashingPumpkinstime is never time at all

 you can never ever leave without leaving a piece of youth

 and our lives are forever changed

 we will never be the same

 the more you change the less you feel

 believe, believe in me, believe

 that life can change, that you're not stuck in vain

 we're not the same, we're different tonight

 tonight, so bright

 tonight

 and you know you're never sure

 but you're sure you could be right

 if you held yourself up to the light

 and the embers never fade in your city by the lake

 the place where you were born

 believe, believe in me, believe

 in the resolute urgency of now

 and if you believe there's not a chance tonight

 tonight, so bright tonight

 we'll crucify the insincere tonight

 we'll make things right, we'll feel it all tonight

 we'll find a way to offer up the night tonight

 the indescribable moments of your life tonight

 the impossible is possible tonight

 believe in me as i believe in you, tonight

 

 Cliquez sur l'image et ouvrez la fenetre.

21:43 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : how do i love thee |  Facebook |

Vendredi 16 à Ubuland

Cow-Boy Benoit MariageCe matin, j’ai croisé une dame enceinte. Comme c’était très évident, j’ai pensé « celle-là, elle ne ballonne pas : je ne mettrai pas les pieds dans le plat ». Et puisque nous étions à l’enterrement de Marcel et que chaque fois qu’elle va supporter ses potes au billard elle pose le regard sur mon travail, j’ai aussi pensé : « il y a plein de choses entre nous, on peut parler ».

 Elle a dit : « Encore six semaines. C’est un garçon. Ca va changer ».

 Quelqu’un a demandé : « il s’appellera comment ? »

 Elle a répondu : « sais pas » (Ah bon !?).

 J’ai dit : « ça va être un gros gâté. Vous avez déjà des filles ? ».

 Elle a dit : « Les deux. J’en ai 17. A force, on s’habitue ».

 J’ai dit : « vous êtes une pro » .

 Je me suis rappelé que j’habite le quartier de « l’homme aux 30 enfants », un type qui, paraît-il, a 3 femmes et qui a été la star locale quand Benoît Mariage est venu filmer pour "Cow-Boy" à Marcinelle. Le type a d'ailleurs figuré dans la Nouvelle Gazette en compagnie de Benoît Poelvoorde.

 Ah vouais ! C’est tout Benoît Mariage, ce genre de plan.

15:34 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j hallucine, cinema |  Facebook |

15/03/2007

Mutations

Carl Stevenson Carl Stevenson est artiste multimédia et vidéaste.Il travaille avec des chorégraphes et participe à l’habillage visuel de leurs performances. Certains de ses travaux ont déjà été exposés en Angleterre à l’ICA et à la Tate Liverpool.

 "Contamination", son 3ème court-métrage, est une vision chaotique d’un futur détraqué, résultat des excès d’une manipulations génétique incontrôlée. Mélange de 2D et de 3D, le film révèle comme un présage effrayant des créatures hybrides : chats à tête de pigeon, pigeons à tête d’humain, et humains ailés...

 Outre sa qualité graphique, "Contamination" est également remarquable pour sa bande son.

20:22 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art, j ai des visions |  Facebook |

14/03/2007

Les nouvelles du jour

ChristinaRichardsC'est que les abeilles ont de nouveau perforé deux petits trous dans le mur de façade de ma maison pour s'installer chez moi. Il y a deux ans, elles avaient bien bouché les trous et n'étaient pas venues l'an dernier.

 

 L'autre nouvelle, c'est que Marcel est mort. Je suis l'une des dernières personnes à l'avoir vu en vrai. C'est chez lui que j'avais pris le carton de Kriek "Belle-Vue" dimanche soir. Il est mort cette nuit-là. Et puis, c'est dans son café que j'ai peint un bar sous la mer. Sur les murs, on voit un fond sablonneux où reposent des étoiles de mer et des algues et les pieds de Virginie, surmontés de ses jambes et sa culotte de bikini. Marcel aimait l'idée des guibolles de Virginie, les méduses et les tortues.

 

 Il ne repose même pas chez mon client funèbre. C'est trop nul parce que je l'avais tenu au courant de mes aventures funèbres et que ça aurait été chouette qu'il passe par là.

21:58 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humeurs funebres |  Facebook |

Copiez, collez dans votre navigateur et signez. C'est un ordre!

http://www.avaaz.org/fr/climate_action_germany/tf.php

15:44 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Eh bien moppez maintenant…

TheMoppetShowMon prof de latin préféré disait : « il n’y a pas de sot métier ». …Ca n’empêche que personne n’aurait l’idée de faire, par exemple…. « technicien de surface » . Notez qu’on emploie l’expression au masculin alors que les messieurs sont des exceptions dans le domaine.

 

 Je pensais que l’expression « technicien de surface » était un euphémisme mais non, les amis…pour faire ça bien, ça exige un apprentissage sérieux : les produits, les machines, les gestes, les rythmes, la sociabilité, la courtoisie, la discrétion. Il y a une logique à tout cela, des critères d’efficacité qui font que l’on ne s’improvise pas « technicien(ne) » de surface. Ah ah ! Nous voilà bien surpris… !

 

 Mes élèves m’ont appris des mots (« mopper », c’est passer sur le sol une espèce de balai plat ceint d’une toile mince en micro-fibres qui ne quitte jamais la surface du sol) et des gestes techniques (« mopper en 8 » pour tirer la poussière en venant toujours la reprendre de manière à balayer le plus efficacement possible). La légitimité du terme « technicien » tient au fait que le métier s’est technicisé en vue d’accroitre le rendement, l’efficacité, l’hygiène.

 

 Et puis, comme mes élèves ne me ressemblent pas et que j’ai oublié qu’un jour je ne savais pas « certaines choses », ils me permettent de comprendre ce que c’est que ne pas savoir qu’on ignore alors qu’on devrait le savoir … Je ne parle pas ici de savoir-faire mais de savoir-être. Quand on n’a pas intégré le sens des rôles et de la hiérarchie (s’incliner, se taire, entretenir une certaine réserve, une certaine révérence….) et que cela ne fonctionne pas comme une « évidence », « savoir mopper en 8 » passe au second plan tandis que vous devenez la personne qui n’a pas de savoir-vivre ou n’est pas sociable, ce qui revient au même. Certes, ces mots sont désuets mais dans le monde du travail, la réalité qu’ils désignent demeure une exigence implicite : on ne le dit pas mais ça fait partie des prérogatives de la communauté. Même dans l’âpre monde des techniciens de surface, la dualité sociale sévit.

 

 Alors, les amis, moppez en 8, pliez votre serpillière en 8, modifiez vos représentations quant au métier de technicien de surface, allez voir « we feed the world » et "an unconvenient truth" et SIGNEZ LA PETITION DONT LE LIEN FIGURE AU-DESSUS.

15:22 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j enseigne donc je sers, je seme donc j entends |  Facebook |

11/03/2007

Allez...Buvez en paix

SacredBeer Dites-moi que je me fais des idées et qu'il n'y a aucun lien entre le graphisme de cette pub et le sacré grand Jesus...

22:55 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je seme donc j entends, j hallucine |  Facebook |

10/03/2007

Je trouve déconcertant

Andrew-Herseyde voir ceux qui rejettent l'idée de suivre une formation de parent reconnaître que, pour devenir efficace et compétent dans n'importe quel autre domaine, il faut apprendre. Pour devenir un bon joueur de tennis on prend des cours avec un professionnel, les bons joueurs de bridge ont tous suivi des leçons, peu de gens se risquent sur les pistes neigeuses sans avoir pris plusieurs leçons avec un moniteur. A peu près tout le monde accepte de rechercher une aide professionnelle pour apprendre à conduire, à coudre, à peindre, à faire de la bonne cuisine, ou de la décoration, à devenir un gestionnaire compétent, à nager ou à piloter un avion.

 Quand il s'agit d'éducation, tout change. Les gens se persuadent qu'ils seront de bons parents quand ils auront leurs enfants.

 

 Soudain pensif?

 

 Lisez les livres de Thomas Gordon ou suivez un stage “parents efficaces”. Ca évitera bien de la casse.

 

 C’est un extrait de “La Méthode Gordon expérimentée et vécue” de Thomas Gordon.

19:37 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je n ecris pas, art, photographie |  Facebook |

09/03/2007

Steven Assael

Steven AssaelCliquez sur l'image

 

 (ça doit vachement compliquer les bisous, ces parures-là...)

19:41 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art, peinture |  Facebook |

Nous produisons actuellement de quoi nourrir 11 milliards de personnes...

Si bien, comme le dit Jean Ziegler, que chaque enfant qui meurt de faim aujourd'hui est en réalité assassiné.

 

 we feed the world

 

 

 

 "We feed the world" est un documentaire à vomir qu'un maximum de gens devraient voir pour comprendre comment on fabrique du poulet à 2 euros (préparez vos vomitive bags), pourquoi les poissons du Cora et du Carrefour sont tout mous, comment des gens meurent de faim quand d'autres détruisent des tonnes de denrées alimentaires tandis que certains sont payés pour cesser de produire.

 

 Pour les Bruxellois, "we feed the world" sera présenté au Flagey ce dimanche 11 à 15h. Comme les organisateurs vous croient atteints de parisianisme, ils prétendent que c'est une avant-première mais c'est même pas vrai : les Montois, Thomas et moi, nous l'avons vu mercredi (le 7).... en pré-avant-première et, en fait, toute la Belgique l'aura vu avant vous ;o)

 

  Enfin, vous, Chers Bruxellois, si tout roule, vous bénéficierez non seulement de la présence du réalisateur, Erwin Wagenhofer mais aussi de celle de Jean Ziegler et José Bové qui débattrons autour du thème : "nourrir la planète à quel prix? Quel type d'alimentation voulons nous retrouver dans nos assiettes? Comment comprendre et vaincre la faim dans un monde de surabondance? La nourriture est elle une marchandise comme une autre? Quels sont les effets de l'industrialisation de l'agriculture?"

 

 Au Flagey dimanche 11 mars,

 15h : le film

 17h : le débat

 19h : restauration et animation "commerce équitable".

 

 Et pour les Carolos, il y aura une séance de rattrapage au Parc le lundi 23 avril à 9h30.

 

 Cliquez sur l'image pour voir les extraits du film.

12:54 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinema |  Facebook |

08/03/2007

La femme n'est pas en position de désir

elle est en position, bien supérieure, d'objet de désir.

 

Pavel et Olga Klapun

 

 

C'est une bonne (?) parole de Jean Baudrillard.

 

Allez, on va y réfléchir.

07:03 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photographie, haikus sentences et aphorismes |  Facebook |

06/03/2007

Et pourquoi pas?

AlessandroMarzio

  - Shapiro, il est allé au salon funéraire. Berthe inspira. Il a dit qu'il voulait dessiner un des cadavres, Eh bien, le seul mort qu'il y avait c'était le vieil Oscar Hansen...

  - Qui t'a raconté ça?

 - Mr. Swensen lui-même. II m'a dit que ça l'avait surpris, tu sais. Il a dû demander la permission à la famille, puisque Oscar ne pouvait répondre ni oui ni non.

 - Mince, Berthe I dit Lily. Ils ont bien voulu?

 - Eh bien, je crois que le fils d'Oscar a plus ou moins dit "faites comme chez vous", mais que sa fille n'était pas très sûre. Lily entendit que Berthe posait le combiné. Si tu mords encore une fois dans ce gâteau, Roger, je te ligote les quatre pattes et je te renvoie chez ta mère. Puis elle revint à Lily : Je ne sais même pas pourquoi je te raconte ça. Il me semblait juste que tu devais le savoir.

 

 

"L'envoutement de Lily Dahl", Siri HUSTVEDT

22:57 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je n ecris pas, humeurs funebres, photographie, art, litterature |  Facebook |

02/03/2007

J'aime pas

tornade

 

Parce que ce n'est pas un photomontage

13:06 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j ai des visions, photographie |  Facebook |