30/04/2007

La compagnie des loups

Patricia Mignone1Patricia Mignone2Patricia Mignone3

22:30 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j ai des visions |  Facebook |

28/04/2007

Les vieux

1Voici la version gériatrique des passereaux indigènes.Comme promis, ça ressemble à des petits vautours (ou des marabouts miniature, selon vos repères).2

17:46 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l inventaire indigene, j hallucine |  Facebook |

26/04/2007

De quoi faire

http://www.yonkis.com/w.php?id=234200712145.jpg

 copier et coller dans votre fenetre de navigation

23:11 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j ai des visions |  Facebook |

Si c'est gravé dans le métal

pipe Que peut la pipe vous donner? Bonheur, joie et longévité. (ceci n'est pas un Magritte)

 Attention, les loups!

 La Reine des Chats bosse chez les Indigènes!

 Vous entamez donc une incursion dans le monde merveilleux des Indigènes.

 

 Premièrement, la chasse au frelon.

 Monsieur a remarqué qu'un troglodyte avait nidifié dans un nichoir accroché sur l'abri de jardin. Malheureusement, un frelon (ou plutôt une frelonne, une Reine, paraît-il- La Reine des Frelons, quoi!) a chassé le troglodyte et commencé a faire son nid, lui aussi. De ma hauteur, je voyais le début de nid et les alvéoles. Monsieur est allé chercher sa tapette et a arrangé le portrait de la Reine d'un strike définitif. Un frelon, ça n'a rien pour soi : le pyjama à rayures n'est même pas velu..... Et donc, on a extrait le nid. Les quelques alvéoles déjà existantes contenaient chacune un oeuf.

 Décidément, le statut de Reine n'est plus ce qu'il était....

10:47 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j hallucine, l inventaire indigene |  Facebook |

24/04/2007

Le lièvre de Pâques

lievreEn 1982, la poste allemande inaugurait l'adresse fictive du lièvre de Pâques » à qui les enfants écrivaient comme au père Noël.

 

 25 ans plus tard, le bureau installé à Ostereistedt compte 70 bénévoles et un «haut secrétaire du Lièvre ».

 

 En 2006, il a traité 31.000 lettres réclamant une console, un lecteur-CD, un vélo...

 

 D'autres enfants, plus altruistes, espèrent la paix en Irak, du travail pour leurs parents.

 

 Les lettres arrivent du monde entier, y compris de l'île de Pâques.

14:58 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j ai des visions |  Facebook |

23/04/2007

Mia Doi Todd

Mia Doi Todd cliquez sur l'image

22:36 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j ai des visions |  Facebook |

22/04/2007

Alice (pour la 7812ème fois)

AnnieLeibovitzQuand Vogue se mêle de confier le renippage d’Alice aux stylistes à la mode.

 

 Richard Galliano photographié par Annie Leibovitz

20:36 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photographie, j hallucine |  Facebook |

20/04/2007

Stephanie

Patricia.Mignone C'est fini depuis un moment mais j'avais oublié de vous montrer la version finale. La voilà.

22:07 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je peins |  Facebook |

19/04/2007

No way

George Grie George Grie est l'auteur de ce beau travail

22:39 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art, photographie, j ai des visions |  Facebook |

Phone Plus – L’épilogue

746-BLACK-lgOù en étions-nous ?

 

 Eh bien, j’ai donc déposé plainte auprès du Ministère de l’Economie.

 

 L’Inspecteur qui a pris le dossier en charge a découvert un vice de procédure, a contacté le directeur de Phone Plus et lui a indiqué que tous les contrats qui avaient été conclu de la manière susmentionnée étaient nuls et que de ce fait les factures ne devaient pas être acquittées par les « clients ». (comme quoi, des fois, il y a une justice…)

 

 Quand j’ai dit à cet inspecteur que ce qui me préoccupait, c’était le problème éthique, il m’a répondu que les ministres Van den Bosch et Verwilghen planchaient sérieusement sur le sujet.

 

 Et puis, j’ai tardé à conclure….Il aurait fallu que je téléphone pour m’entendre avec ce Monsieur Phone Plus..qui a fini par m’appeler lui même. Il m’a présenté ses excuses et m’a annoncé qu’il avait rompu le contrat avec l’opérateur indélicat en question en soulignant que ses procédés ne correspondaient pas à l’éthique de Phone Plus (et, en effet, quand j’ai évoqué la question auprès de ma copine Denise, elle a été abasourdie compte tenu du fait qu’elle s’était abonnée chez Phone Plus en raison du fait qu’ils soutiennent des projets d’aide aux démunis), ce que j’ai confirmé…Nous ne nous sommes pas battus au téléphone. Ca s’est déroulé gentiment et il s’est excusé 22 fois pour le préjudice. This is the end !

 

 Wonderful world ! Beautiful people !

00:10 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : phone plus |  Facebook |

18/04/2007

Daguerréotypes et Le Lion volatil

AgnesVardaChacun sait que le daguerreotype est le premier mode d’impression photographique qui ait été commercialisé cela fait pas loin de deux siècles.

 

 Chez Agnès Varda, ce titre ne rappelle pas seulement qu’elle fut d’abord photographe, c’est aussi un terme aimablement dévoyé pour désigner les commerçants de la rue Daguerre, dans le 14ème – sa rue – mais attention, pas tous : uniquement ceux qu’elle fréquentait à l’époque où elle a réalisé le film, en 1975.

 

 Premier couple, le plus attachant selon elle, Monsieur et Madame Chardon Bleu qui, depuis 50 ans tiennent un commerce de parfumerie-mercerie et autre mini-brol où Monsieur sert des boutons et pèse du parfum fabriqué par ses soins quand Madame erre, ivre d’ailleurs, vestige diaphane d’une aimable jeune fille qui survit dans les yeux de Monsieur.

 

 Agnès Varda filme le boucher et Madame, les coiffeurs, le boulanger et Madame, le tout avec une tendresse teintée d’humour qui, avec le recul, n’est pas sans évoquer l’esprit des « Strip-tease » les moins caustiques. On rit et l’on est ému de voir ces couples d’artisans évoquer leurs origines provinciales, le moment de leur rencontre, le tout avec une gaucherie qui ravit. L’ensemble du film tisse sa cohérence autour du spectacle horrifique de Mystag, le magicien fakir à la représentation de qui Agnès Varda était parvenue à convier l’ensemble de ses voisins fétiches. S’ensuivent au montage des ensembles de mini-séquences structurées selon une homologie formelle : le boucher désossant adroitement un quartier de bœuf sous les commentaires du fakir en voix off, et cela juste après que celui-ci se soit transpercé le bras à l’aide d’un couteau de boucher de la pire sorte. On crie, on s’effarouche mais surtout l’on rit bien.

 

 Trente ans plus tard, lors de la réalisation du dvd, Agnès Varda rassemble ses souvenirs autour de ces cheres figures aujourd’hui disparues.

 

 En prime, le dvd contient « le lion volatil » une fantaisie surréaliste tissée autour du lion (œuvre de Bartoldi) de la Place Denfer-Rochereau et dont la fable est inspirée de cette déclaration d’André Breton selon laquelle, pour embellir les monuments de Paris, il suffirait de donner un os à ronger au Lion de Belfort et de le tourner vers l’ouest.

 

 Non seulement « Le Lion volatil » accomplit la prophétie mais il le fait selon une esthétique ludique mettant en œuvre les mécanismes de l’écriture surréaliste. Ainsi, Varda pratique l’anachronisme avec désinvolture, adopte la rhétorique du rêve, met en œuvre des moyens propres à faire vaciller l’écriture de fiction… Ce n’est pas seulement la puérilité joyeuse de ce court-métrage qui m’a ravie. Soudain j’ai découvert combien les arts appliqués des années soixante, l’esthétique du quotidien de mon enfance était inspirée du surréalisme.

10:12 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art, cinema, j ai des visions |  Facebook |

15/04/2007

Open Hearts

Open_HeartsQui croire quand il s’agit de choisir un film ?

 

 Pour ceux-là, j’ai écouté 3 phrases et demie de l’impitoyable Hughes Dayez qui m’ont conduite à aller en salle voir « After the wedding » et à emprunter à la Médiathèque « Open hearts », deux des films de Susanne Bier.

 

 Narrativement, les deux films ont en commun de mettre en jeu des désirs nés sur les cendres de détresses affectives intenses. Il est donc question de relations triangulaires mais dépourvues de trivialité, sublimées par l’authenticité des personnages.

 

 Je ne suis pas renseignée sur ce qu’il convient de penser de ces films. Voici donc mon opinion de spectatrice sauvage.

 

 Ce qui m’a principalement touchée, c’est la candeur et la sincérité des personnages. Des événements complexes surviennent sans que l’on ait pu anticiper parce que rien n’est téléphoné. Cette fraicheur m’a évoqué celle du personnage de Bess dans « Breaking the waves » de Von Trier, en moins cinglé – ici, pas un instant on ne forme l’hypothèse de la dérive mentale -, où c’est l’empathie, le souci de l’autre qui génèrent le récit.

 

 Un autre lien avec Von Trier tient au fait que « Open Hearts » a été filmé en camera à l’épaule. Susanne Bier y ajoute le choix d’avoir filmé en camera infra-rouge et en super 8. Les images en infra-rouge avaient pour vocation de révéler l’intériorité des personnages. Elles ont finalement été réduites à peu de choses au montage. Les images video glissées ici et là, favorisent la proximité avec les personnages dont on pénètre la rêverie intime.Tous les personnages sont beaux, attachants, généreux, en particulier le patibulaire Mads Mikkelsen le personnage masculin principal des 2 films.

 

 Et puis, l’ensemble est exalté par la voix de Anggun sur des musiques intimes et lyriques qui incitent à se demander ce qu’elle fabrique sur la scène musicale française.

09:52 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j ai des visions, cinema |  Facebook |

14/04/2007

this I know -

when people are in love, they know something that the world has forgotten

 

 JeshdeRox

 

 Jesh de Rox

13/04/2007

Bon ap'!

Image 7

cliquez sur l'image

08:23 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/04/2007

Don't know why you say "goodbye" (I say "Hello")

Image 5 Cliquez sur l'image

08:14 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j ai des visions |  Facebook |

11/04/2007

Everybody loves pasta

everybody eats pasta

17:06 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j ai des visions |  Facebook |

08/04/2007

La fin d'un monde de brut

zombart.com.dancecornEncore quinze à vingt ans,et ce sera le commencement de la fin du pétrole. Adieu plastique, bonjour bambou! Bienvenue dans un monde écologique, sportif et créatif.

 

 Des années que les experts les plus sérieux nous prévenaient, mais voilà que ça se precise: L’ère du pétrole bon marché, celle qui a inventé le stylo Bic, l'homme sur la Lune, le made in Taiwan et les RTT au bord de la mer, cette ère-là touche vraisemblablement à sa fin. Nous arrivons au fameux peak oil, ce moment à partir duquel les ressources pétrolières vont se mettre à décliner rapidement, et donc à faire grimper le prix du baril, haut, très haut- bien plus haut encore qu'actuellement. Les opérateurs pétroliers- a priori pas trop mal informés -avancent même une date pour ce« début de la fin» : aux alentours de2020, en 2030 au plus tard. Dur, dur pour les fous de voitures puissantes et les abonnés des compagnies aériennes. Et pour tous les autres. Car, de l'or noir, il y en a partout, dans tous nos objets du quotidien. Dans les couches jetables du petit dernier, dans les gobelets de la machine à café. D'où la question de ce qui nous pend au nez : un quotidien sans pétrole, ça ressemble à quoi? Et comment diable allons-nous défossiliser nos vies? Voici quelques pistes, l'esprit léger, pour une vie sans pétrole. En prenant exemple, pourquoi pas, sur nos voisins suédois qui, prévoyants, se sont donné quinze ans pour ne plus en être dépendants.

 

 CONSEIL N°1 : chanter en choeur « Le bioplastique, c'est fantastique ». Les matériaux issus du pétrole ne représentent « que » 4 % de notre consommation totale d'or noir. Le problème, c'est que ces produits d'origine pétrochimique, à commencer par les plastiques, ont colonisé notre quotidien. Qu'on parle de la barquette de votre plat surgelé préféré, de votre rasoir jetable, de la prothèse de votre grand-mère ou de votre frigo, la plupart des attributs de l'homme moderne contiennent du plastique. Heureusement, les industriels assurent avoir trouvé la solution : les bioplastiques. Soit des matériaux d’origine végétale, recyclables et/ou compostables. A nous l'iPod en amidon de betterave et les moquettes en sucre de maïs. Le hic, c'est que toutes lesformules trouvées à ce jour nécessitent toujours du pétrole (autour de 50 %) et des cultures ultra-intensives et friandes d'OGM. Conclusion: consommons moins d'objets, moins d'emballages. Même s'ils sont en bioplastique.

 

 CONSEIL N°2 : mettre du bambou dans sa vie. Parce qu'on peut en faire un plancher, un placard de cuisine, des murs et même une crème extra-douce pour le visage et le corps. Voire le boîtier d'un téléphone portable et d'un ordinateur. En plus, cette jolie graminée détient le record de vitesse de la croissance végétale, avec le miscanthus, la fameuse herbe à éléphant. L'ennui, c'est que son exploitation massive menace les pandas et qu'on ne compte aucune grosse plantation commerciale de bambous de construction à moins de10 000 kilomètres d'ici - en Chine, au Vietnam, en Inde, en Amérique latine. Et vu que les transports sans pétrole ne sont pas encore au point...(cf conseil n° 3). Alors n'hésitons plus: plantons du bambou (nos hivers en Europe seront bientôt assezdoux et humides!)

 

 CONSEIL N°3 : se mettre au sport.C'est le moment ou jamais. Car les transports sont LE point noir de lavie post-pétrole. « On n'a encore trouvé aucune alternative réaliste et aussi bon marché que le pétrole »,dixit Jean-Marc Jancovici, auteur de l'indispensable « Le plein, s'il vous plaît! » (éd. du Seuil, 2006). La voiture à hydrogène ? « Pas rentable. »Le carburant à base d'huile de colza ou de betterave ? « Pour remplacer le pétrole, il faudrait en planter sur 50 millions d'hectares, soit quasiment toute la surface de la France. » Et la Malaisie et la Thaïlande, qui testent l'huile de palmier et le lait de noix de coco ? Pfff...Bon, en attendant la téléportation, l'avion solaire de l'aventurier Bertrand Piccard ou le dirigeable éco du designer Jean-Marie Massaud, qu'est-ce qui nous reste? Le vélo en bambou (ceux en carbone ont aussi du plomb dans l'aile). Et on oublie les vacances en Italie, les courses sur telemarket.fr livrées en camionnettes et les week-ends en Bourgogne. On oublie les reportagesà Bombay et à Shanghai. D'ailleurs,on oublie qu'on écrit pour un magazine papier et que, justement, il faut un sacré paquet de pétrole pour le fabriquer et l'acheminer, le papier...Et puisqu'on parle sport, golfeurs, passez à autre chose : un terrain de golf consomme jusqu'à 1 500 kg de pesticides par an! (et qui dit pesticides dit pétrole).

 

 CONSEIL N°4 : se mettre aussi au jardinage. Nadia Boeglin, conseillère de la présidente de l'Ademe(Agence de l'environnement et dela maîtrise de l'énergie) nous l'avait bien dit: « La plupart de nos objets sont conçus sur une logique de transports à faible coût. A commencer par les produits alimentaires ! » Comme on a bien appliqué le conseil n° 3, on mange local (et de saison). Des topinambours cultivés sur notre balcon. Ou achetés à l'Amap (Association pour le maintien d'une agriculture paysanne) du coin. Sans pesticides ni engrais, forcément. Et bientôt, le retour des poules dans nos centres-villes?

 

 CONSEIL N°5 : oublier l'électricité. Bien sûr, il y a le nucléaire,mais c'est quand même un peu dangereux. Ne rêvons plus à l'éolien- trop cher, et pour transporter une éolienne, il faut huit semi-remorques - ni au photovoltaïque - trop cher, et il faut quand même du pétrole pour produire les panneaux. Alors on admet une fois pour toutes que l'ère du pétrole a été une parenthèse et on recycle son micro-ondes en cage à lapins...

 

  CONSEIL N°6 : devenir cré-a-tif. Fini le pétrochimique cancérigène dans tous les produits d'entretien et d'hygiène quotidiens. On se lance dans la création perso de savons et de shampooings. On poétise son quotidien à la laverie communautaire du coin, en rêvassant devant l'aquarium de 6 m3 où des filtres, des plantes et des poissons assurent la purification, ce qui permet d'utiliser la même eau de lavage pendant quatre ans. On consomme moins et on aime ça, parce qu'on croit au «juste nécessaire», comme disait l'éco-concepteur Thierry Kazazian. »Il y aura l'âge des choses légères », son merveilleux ouvrage (Victoire Editions, 2003), devient notre livre de chevet. On passe de la possession àl'utilisation des objets. On intensifie leur usage. On recycle: ses vêtements (surtout ceux à nettoyage à sec), ses meubles. Ses bouteilles d'eau minérale dans une maison végétalisée avec charpente de bouteilles plastique fourrées au chanvre. Puis on passe à l'étape suivante:on devient décroissant. Encore un peu et on regarde d'un autre oeil les traditions des amish d'outre-Atlantique... Peu à peu, on change de look: tee-shirt en chanvre, tongs en soja, collier en résine, tous produits dans la région. On se met au tricot.Et puis non, même plus besoin de pull ni de chaussettes... Le bonheur! En France, la température moyenne annuelle est désormais de 25°C...

 

 WERONIKA ZARACHOWICZ (Telerama - 4 avril 2007)

 Pour un scénario moins joyeux, voire franchement pessimiste, voir le site de Jean-Marc Jancovici, www.manicore.com

11:26 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je n ecris pas |  Facebook |

07/04/2007

Philippe repasse une couche

samsung_sphv9850Philippe a beaucoup aimé le texte précédent. Il a trouvé opportun d'y ajouter son grain de sel et il a raison : si les Musulmans accommodent les animelles de moutons, les Occidentaux sont les seuls à préparer leurs propres testicules à petit feu. Ca méritait d'être souligné.

 

 Concernant les GSM, il y a 2 normes en jeu :

 - La norme GSM qui utilise 2 fréquences : 900 et 1800 MHz

 - La norme GPRS qui utilise la fréquence du Gsm mais autorise l'envoi de données.

 

 La norme GPRS est une évolution de la norme Gsm. C'est aussi une transition vers l'UMTS qui va utiliser d'autres fréquences.

 C'est le fameux réseau 3G tant vanté par les opérateurs ! La téléphonie 3G (déjà le point G c'est pas facile …) travaille dans la fréquence 3x900 MHz, soit 2,7 GHz. Notez que la fréquence d'emploi courant d'un micro-onde est de 2,4 GHz.

 En téléphonant en 3G on est soumis au champs électrique d'un gigot au micro-onde…

 La question du BBBQ (Brain-BBQ) est toujours et plus que jamais d'actualité. Et je ne parle pas des mecs qui portent leur G près des roustons ou des femmes enceintes et des infirmières qui portent le leur sur leur poche de poitrine……

 

 Donc, hormis les valeurs de fréquences, le problème est le même: le gsm nous grille le cerveau lentement (phase décongélation du micro-ondes) mais à l'avenir, le gsm UMTS sera plus performant pour la préparation de la cervelle puisque les fréquences seront plus élevées.Il n'y a de plus (et c'est logique d'un point de vue technique) aucune protection sur l'émission gsm alors que seulement 5% des fréquences peuvent sortir d'un micro-ondes. Ce qui est imposé pour le micro-onde, ne l'est pas pour le gsm.Mais … est-ce que l'usage d'une oreillette Bluetooth est plus safe ?

 La technologie Bluetooth utilise les ondes radio (bande de fréquence des 2.4 GHz) pour communiquer.

 Et par habitude, on garde notre oreillette accrochée à l'oreille en permanence …

 

 Entre une dose minime full-time et une dose plus forte occasionnelle … quelle est la meilleure arme de destruction?

 

 Signé : Philippe

23:47 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humeurs funebres, je n ecris pas |  Facebook |

01/04/2007

C'était téléphoné....

pochettePREMIERS CANCERS POSSIBLES DES 2015

  - Les effets potentiellement nocifs du gsm, ce n’est pas le monstre du Loch Ness qu’on agite régulièrement pour entretenir le mythe ?

 - Dans ce cas-ci de réelles nouvelles craintes apparaissent, qui sont liées au passage au réseau 3G (pour troisième génération). Celui-ci a besoin de fréquences différentes, plus importantes -on parle de plus de 2.000 mégahertz, contre 900 pour la téléphonie mobile classique. Il faut aussi de nouvelles antennes : il s'agit de passer de 6.000 à 9.000 sites. Et ça suscite un regain d'intérêt de la population.

 - Les craintes sont-elles justifiées?

 

 - Dans le corps médical et scientifique, les avis sont partagés à 50-50. D'un côté, certaines études annoncent des effets potentiellement très graves : des tumeurs au cerveau ou au nerf acoustique, des cassures dans la chaîne d’ADN- dans ce dernier cas, des tests concluants ont été effectués in vitro mais pas encore in vivo. En face, il y a les études commanditées par l’organisation mondiale de la santé (OMS), institution de référence mais dont les travaux sont financée à 5O % par le secteur de la téléphonie.

 - En Belgique, les normes sont plus sévères que celles préconisées par l’OMS?

 - Quatre fois plus. Mais pour certains, il faudrait descendre cent fois plus bas, parce qu'il ne suffit pas de protéger des effets thermiques des micro-ondes. Il existe d'autres effets qui apparaissent à des niveaux beaucoup plus bas. La norme adoptée chez nous pour la mobilophonie classique est de 20,6 volts par mètre. Mais le Conseil supérieur de l‘hygiène, qui dépend du ministère de la Santé publique, avait préconisé 3 volts par mètre.

 - Concrètement, quelles pourraient être les implications si les craintes étaient justifiées?

 - Les premieres tumeurs liées aux micro-ondes pourraient être décelables en Belgique vers 2015, selon le Conseil supérieur de l’hygiène. Si on ne corrige le tir qu'à ce moment-là, la « rectification » n'aura d'effet que vers 2030. D'où la demande de certains d’appliquer dès maintenant le principe de précaution.

 - Votre avis personnel?

 - Aujourd’hui, tout est sans fil, ça crée des champs continus. Nos corps sont traversés de partout par des ondes différentes: GSM de première, deuxième et troisième générations, Wi-FI.. Il serait étonnant que cela n'ait aucune conséquence.

 Alain DILS interrogé par Agnès Gorissens (Le Soir 12 janvier 2007)

00:06 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je n ecris pas, humeurs funebres |  Facebook |