16/06/2007

Wim Delvoye : une rhétorique

1.wim_delvoyeWim Delvoye revendique son lien imaginaire à la culture belge. Craignant la connotation flamingante, il précise « belge et non flamande ». Dans la mesure où il explore les évidences de sa propre culture, il prétend à la qualité d’artiste régionaliste et même ethnique.

 

 

 Ceci explique en partie la trivialité populiste des objets qui servent de support à ses interventions : des bonbonnes, des pelles, de la charcuterie, des porcs, des excréments, les relations sexuelles…2.mosaique3.bombonnes7. cochons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Certains critiques soulignent le lien entre sa démarche et la logique carnavalesque : ses figures sont l’inversion, l’hybridation, ses créations activent le processus, la mutation, la transformation.

 

 Les productions de Delvoye ne sont pas figées. Il dit de son travail, « ce ne sont pas des « still lives ». Ainsi,

 • ses carrelages en charcuterie sont forcément éphémères,

 • cloaca met en oeuvre un processus

 • tandis que les cochons croissent, vivent et meurent.

 

 

 NB : L’hybridation est l’un des mécanismes formels de la grotesque, laquelle a trouvé sa traduction littéraire dans l’écriture de Rabelais et son pendant pictural dans celle de Bosch. palazzo vzcchio

 Selon Bakhtine, cette image du corps en transformation avait pour effet d’engendrer de la polyphonie, de dire une chose et son contraire, de cultiver l’oxymore et le paradoxe.

 On rejoint bien la position de Wim Delvoye qui apparente sa démarche à l’émulsion, un assemblage dont les composants ne se fondent pas, restent distincts. Ce faisant, ils poussent à l’interrogation.

 Dans le discours de Delvoye, tout apparaît : les composants, le procédé et le résultat. Il fait état de sa démarche et ne cherche pas à duper.

21:47 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art, j ai des visions |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.