17/06/2007

Cindy Sherman : La poupée qui fait ‘nan’

17.momaElle est moche, non !? Pas grave ! Ce n’est pas fait pour vous plaire. Certaines gens diraient : « ça ne vise pas votre jouissance rétinienne ». Ca c’était bon au 18eme. L’art contemporain n’en est plus là…

 

  Cindy Sherman présente la particularité de figurer sur la plupart de ses clichés. Notez que ce ne sont pas pour autant des autoportraits: ce sont des mises en scène mettant en perspective l‘esthétique des films de série B des années ’50-’60, celle des médias de masse, de la presse à sensation, de la presse de mode, des films d’horreur.

 Cindy Sherman a commencé à se faire connaître à la fin des années ’70. Elle avait 23 ans. Déjà critiques, ses photos ne la mettaient pas moins en scène dans des postures passablement avantageuses. Par la suite, elle a évolué vers une esthétique de plus en plus trash, gore et morbide.

 Si elle n’affichait pas clairement le projet au départ, son œuvre s’inscrit dans la mouvance d’un féminisme en colère. Par ses maquillages trash ou excessifs, les couleurs flashy des décors et vêtements, la maladresse de postures plus inquiétantes que glamour, elle développe une esthétique qui pose notamment la question de l’identité sexuelle et la façon dont celle-ci se construit.

 

 Sur cette photo, Cindy Sherman parodie le monde des poupées avec tout ce qu’il comporte comme implicite sur le plan du formatage idéologique : la posture du personnage est celle d’une poupée. Elle porte une robe froufroutante ornée d’un col Claudine, elle porte des anglaises et ses cheveux sont très brillants.

 Remarquez toutefois que ses chaussettes sont sales ; elle porte une culotte en guise de chapeau, son maquillage présente le caractère outrancier de celui des prostituées, et sa bouche est ouverte comme celle des poupées gonflables.

 

 

 

 Cindy Sherman a pas mal travaillé avec des prothèses et des accessoires de type « sex toys ». Cela nous conduit tout naturellement vers les sex dolls. On naviguerait sans réserve dans le sombre marigot des fantasmes les plus sordides si l’histoire de l’art ne mettait pas les choses en perspective.

 

 

 Quand Cindy Sherman réalise cette photo, 29.exdollC

 

 elle convoque Hans Bellmer et sa « Poupée »,ME0000088779_3.JPG

 

 Ainsi que Gustave Courbet et son « Origine du Monde »courbet

 

 

 

 

 

 

 

  et Orlan avec son « Origine de la Guerre » orlan

 

 

 

 Notez qu'en perfectionniste trash gore, Cindy Sherman a inséré un tampon hygiénique dans la partie féminine.

14:12 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art, photographie, je n ecris pas |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.