30/06/2007

aye aye aye aye aye

BB_aye_aye Votre bloggeuse préférée est brisée : la jambe et le poignet dans le platre...Mais vous voyez que ce n'est pas le poignet gauche...

 Entre un évanouissement et un râle, elle a peint avec son sang un Don Quichotte abstraitement figuratif pour un gentil infirmier.

 L'oeuvre s'intitule "sangue d'artista" , est signée et non datée (la date étant le 29 juin 2007). Elle comporte également un texte autographe que l'auteur a déjà oublié (il faut dire qu'elle était un peu à côté de ses pompes et donc de ses oeuvres).

 

 ps : entre les doigts de Dario Moreno, la bêbête sur la photo est un BB aye aye

16:56 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j hallucine |  Facebook |

28/06/2007

planter les choux à la mode de Karolingrad

Hier, j’ai lu des bribes du bouquin de Beigbeder. Mais attention ! Pas à la Bib ! Ca, c’est pas possible ! La bib n’a pas été autorisée à faire d'achat depuis 6 mois.

 ClaraJ’ai quand même trouvé sympa de m’improviser « Talent scout », moi aussi.

 C’est dans les Pays de l’Est que ça marche le mieux.

 A Karolingrad, on est à la source en matière de bimbos. Et voilà que je tombe sur la plus jolie bibliothécaire du coin. (Elle m’a priée de noter qu’elle ne venait pas des pays de l’Est mais n’en croyez rien : elle ment comme elle respire).

 Voici donc, Miss Klara, la plus jolie bibliothécaire de Karolingrad (voyez comme elle est débordée…).

 

 Pourquoi ai-je fait ma virée à la bib ce jour-là, croyez-vous ?

 Pour y lire les revues dont on est privés à l’Aca, of course.

 Eh bin, les loups, convaincue que vous auriez de la peine à me croire, j’ai photographié les rayons vides de la salle de lecture.

 C’est-y pas parfaitement lamentable ?

 

 

 Jusques à quand cela durera-t-il (je fais de gros efforts pour ne pas ponctuer cette question de 4 syllabes ordurières) ?

 A quand les tickets de rationnement ?

 Et quand brulera-t-on les bouquins pour se chauffer?

 C'est pas bientôt fini ce purgatoire?

 

 

 Et pourquoi n’a-t-on pas mis mon échevine préférée à l’Education ?

 (Ca m’aurait plu qu'elle dépose son frais baiser sur ma joue poupine à la saint-Nicolas, comme faisait Jean-Paul Demacq quand il effectuait la tournée des écoles).salle de lecture

16:01 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j hallucine |  Facebook |

Joyce Tenneson

www.tenneson.com/gallery.html

 

 Cliquez sur l'image

05:01 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photographie |  Facebook |

Proverbe arabe

Qui ne se plante jamais n'a aucune chance de pousser

04:52 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : haikus sentences et aphorismes |  Facebook |

26/06/2007

céramique n'est pas synonyme d'ergotherapie

Acaune production d'un(e) élève de ceramique de l'Aca de Charleroi

09:27 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j ai des visions |  Facebook |

24/06/2007

Be with me

"be with me, my beloved love,

 that my smile may no fade"

 

 Be+With+Me+19Encore un ovni cinematographique….dont je n’ai jamais entendu parler. Si cela vous dit, vous pouvez le regarder en mandarin ou en cantonais, à moins que vous ne préfériez le regarder en français en mangeant un canard laqué au riz cantonais.

 

 C’est un film presque muet où le verbal – rare- n’est que fonctionnel ou se présente sous forme écrite : mails, sms, courrier, roman en train de s’écrire sur une machine mécanique et dont l’auteur ne peut déchiffrer les mots parce qu’elle est aveugle.

 

 « Be with me » met en scène quelques histoires d’amour sans effusions extrêmes où se lit le désir de proximité de l’être aimé, l’infini chagrin de le perdre ainsi que l’espoir soutenu par le personnage de Theresa Chan, une aveugle sourde qui est parvenue à se bâtir une vie digne et dont l’existence est rythmée par des visites quotidiennes, notamment celles du fils d’un vieil épicier veuf qui n’ouvrira pas la bouche durant tout le film.

 

 Ces quelques récits sont amenés à se croiser le jour où, brisée d’être éconduite, une jeune fille dont on a vu naitre l’histoire d’amour, se suicide en se jetant du haut d’un immeuble. Elle atterrit sur les épaules d’un jeune homme boulimique dont nous avons également accompagné les hésitations amoureuses. Lui meurt, elle pas. Inspecteur à la police, le fils de l’épicier se voit confier l’affaire si bien qu’il est empêché d’apporter à Théresa le repas que son père prépare à son intention depuis quelques semaines. Le père s’en vient donc apporter lui-même le repas et puisqu’il ne peut se faire entendre ni connaître, Théresa le touche.

 

 « Be with me » ne met en place aucune stratégie didactique. Le spectateur n’est pas pris par la main : il est libre de s’égarer en cours de chemin et de se demander où tout cela conduit, pourquoi le personnage de Theresa prend tant de place et comment, si dépourvue de charme, elle fait pour être si émouvante et si troublante la poésie de ses propos.

 

 Par son absence de glamour et d’ostentation, « Be with me » dégage une puissance discrète : celle de la bonté, de la vérité, de la foi et de l’espoir qui préservent le sens de l’existence.

 

 Un film d’Eric Khoo, avec Theresa Chan dans son propre rôle.

14:54 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinema |  Facebook |

21/06/2007

Where is my mind?

Susan StockwellC'est vrai : je me le suis déjà demandé. C'est dire la pertinence de la question.

 

 

Cliquez sur l'image

12:26 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j ai des visions |  Facebook |

19/06/2007

Ouvrez l"oeil

Madeline

19:55 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

la poupée qui se tait

Image 6 cliquez sur l'image.

16:52 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j hallucine |  Facebook |

17/06/2007

du cochon

pigstwo0406_468x452 sont-ils seulement cotés en bourse?

22:15 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j hallucine |  Facebook |

Karma et makramé

Image 3 cliquez sur l'image

14:47 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j hallucine |  Facebook |

Cindy Sherman : La poupée qui fait ‘nan’

17.momaElle est moche, non !? Pas grave ! Ce n’est pas fait pour vous plaire. Certaines gens diraient : « ça ne vise pas votre jouissance rétinienne ». Ca c’était bon au 18eme. L’art contemporain n’en est plus là…

 

  Cindy Sherman présente la particularité de figurer sur la plupart de ses clichés. Notez que ce ne sont pas pour autant des autoportraits: ce sont des mises en scène mettant en perspective l‘esthétique des films de série B des années ’50-’60, celle des médias de masse, de la presse à sensation, de la presse de mode, des films d’horreur.

 Cindy Sherman a commencé à se faire connaître à la fin des années ’70. Elle avait 23 ans. Déjà critiques, ses photos ne la mettaient pas moins en scène dans des postures passablement avantageuses. Par la suite, elle a évolué vers une esthétique de plus en plus trash, gore et morbide.

 Si elle n’affichait pas clairement le projet au départ, son œuvre s’inscrit dans la mouvance d’un féminisme en colère. Par ses maquillages trash ou excessifs, les couleurs flashy des décors et vêtements, la maladresse de postures plus inquiétantes que glamour, elle développe une esthétique qui pose notamment la question de l’identité sexuelle et la façon dont celle-ci se construit.

 

 Sur cette photo, Cindy Sherman parodie le monde des poupées avec tout ce qu’il comporte comme implicite sur le plan du formatage idéologique : la posture du personnage est celle d’une poupée. Elle porte une robe froufroutante ornée d’un col Claudine, elle porte des anglaises et ses cheveux sont très brillants.

 Remarquez toutefois que ses chaussettes sont sales ; elle porte une culotte en guise de chapeau, son maquillage présente le caractère outrancier de celui des prostituées, et sa bouche est ouverte comme celle des poupées gonflables.

 

 

 

 Cindy Sherman a pas mal travaillé avec des prothèses et des accessoires de type « sex toys ». Cela nous conduit tout naturellement vers les sex dolls. On naviguerait sans réserve dans le sombre marigot des fantasmes les plus sordides si l’histoire de l’art ne mettait pas les choses en perspective.

 

 

 Quand Cindy Sherman réalise cette photo, 29.exdollC

 

 elle convoque Hans Bellmer et sa « Poupée »,ME0000088779_3.JPG

 

 Ainsi que Gustave Courbet et son « Origine du Monde »courbet

 

 

 

 

 

 

 

  et Orlan avec son « Origine de la Guerre » orlan

 

 

 

 Notez qu'en perfectionniste trash gore, Cindy Sherman a inséré un tampon hygiénique dans la partie féminine.

14:12 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art, photographie, je n ecris pas |  Facebook |

16/06/2007

Wim Delvoye : une rhétorique

1.wim_delvoyeWim Delvoye revendique son lien imaginaire à la culture belge. Craignant la connotation flamingante, il précise « belge et non flamande ». Dans la mesure où il explore les évidences de sa propre culture, il prétend à la qualité d’artiste régionaliste et même ethnique.

 

 

 Ceci explique en partie la trivialité populiste des objets qui servent de support à ses interventions : des bonbonnes, des pelles, de la charcuterie, des porcs, des excréments, les relations sexuelles…2.mosaique3.bombonnes7. cochons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Certains critiques soulignent le lien entre sa démarche et la logique carnavalesque : ses figures sont l’inversion, l’hybridation, ses créations activent le processus, la mutation, la transformation.

 

 Les productions de Delvoye ne sont pas figées. Il dit de son travail, « ce ne sont pas des « still lives ». Ainsi,

 • ses carrelages en charcuterie sont forcément éphémères,

 • cloaca met en oeuvre un processus

 • tandis que les cochons croissent, vivent et meurent.

 

 

 NB : L’hybridation est l’un des mécanismes formels de la grotesque, laquelle a trouvé sa traduction littéraire dans l’écriture de Rabelais et son pendant pictural dans celle de Bosch. palazzo vzcchio

 Selon Bakhtine, cette image du corps en transformation avait pour effet d’engendrer de la polyphonie, de dire une chose et son contraire, de cultiver l’oxymore et le paradoxe.

 On rejoint bien la position de Wim Delvoye qui apparente sa démarche à l’émulsion, un assemblage dont les composants ne se fondent pas, restent distincts. Ce faisant, ils poussent à l’interrogation.

 Dans le discours de Delvoye, tout apparaît : les composants, le procédé et le résultat. Il fait état de sa démarche et ne cherche pas à duper.

21:47 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art, j ai des visions |  Facebook |

11/06/2007

Fredrik ödman

fredrikodmancliquez sur l'image

18:12 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j ai des visions, art, photographie |  Facebook |

09/06/2007

Hello World

andrzejdragancliquez sur l'image

09:38 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art, photographie |  Facebook |

08/06/2007

Wim Delvoye : de l'art et du cochon

Ce soir, j'ai pris un peu d'avance sur mon examen d'histoire de l'art contemporain : j'aurais du le présenter dans un an. Qu'à cela ne tienne : le prof m'a admise et mes petits condisciplines ont apprécié. Vous me savez enthousiaste : nous voici partis pour quelques posts sur Wim Delvoye. La bibliographie arrivera en toute fin. Voyage au pays des indigènes avec vaches, cochons et petites crottes. J'adopte une mise en page un peu scolaire : c'est pour vous faciliter la digestion.2af07

 Wim Delvoye est un plasticien belge d’origine gantoise né en 1965.

 

 Delvoye se singularise par une démarche intellectuelle élaborée qui se développe en dehors de toute esthétique.

 Elle est néanmoins associée à un réel travail qui se rapproche plus de l’activité d’une PME avec élaboration de process, gestion de produit et marketing : Delvoye n’est pas quelqu’un qui bluffe sur ses savoir-faire.

 

 Son univers est à la fois ludique, parodique, cynique, référentiel et pragmatique.

 

 Il entretient un lien étroit avec la culture de masse mais aussi la culture populaire, le kitsch, des notions qui ont été théorisées par des sémiologues comme Baudrillard. Contrairement à certains artistes du pop art, son rapport à cet univers ne relève toutefois pas de la fascination :

 - il aborde les choses en sémiologue,

 - scrute le lien étroit qui associe art et marchandise

 - exploite les mécanismes de la production de masse

 - élève des matériaux ou objets triviaux (une pelle, une bétonneuse, de la charcuterie, des porcs) au statut d’œuvres

 - inscrit sa démarche artistique dans une logique marchande : Wim Delvoye n’est pas un bricoleur. C’est un chef d’entreprise qui

 * connaît les lois du marché,

 * fait réaliser ses projets par des collaborateurs,

 * appuie ses orientations sur les conseils de professionnels, entre autres des juristes qui œuvrent à la cotation en bourse de ses projets (notamment l’élevage de porcs et « Cloaca », la machine à produire de l’excrément, dont il existe plusieurs versions).cloaca

 

 Cliquez sur les images

23:05 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art, j ai des visions |  Facebook |

04/06/2007

Der Himmel ûber Berlin

MarkTuckerCliquez sur l'image

23:51 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j ai des visions, photographie |  Facebook |

01/06/2007

Ca a quelque chose d’un cauchemar écolo ....

Sugus2Charleroi est certes le pays des pouraves véreux.... et aussi, par les vertus du brassage interculturel, la ville où les fleurs ont des pédales et les vélos des pétales….

 

 Allez ! Je vous dévoile mes convictions politiques, tant qu’à faire !

 Votez Sugus ou Youki mais ne remettez pas un bulletin blanc !

 

 Sais pas si vous avez vu le regard torve de Sugus...

 Certes, il n'est pas obèse. C'est déjà ça...Les faciès porcins, ça disqualifie tout de suite, je trouve.... (excusez moi de m'auto-référencer mais je m'efforce de ne pas bégayer, aussi je vous renvoie à ce post où je me suis paresseusement contentée de rapporter les mots du génial Félix Tournachon. Svp, copiez et collez la séquence suivante dans votre navigateur : http://lumiereincidente.skynetblogs.be/post/4030312/veuton-contempler-linfatuation-masculine-pous )

 Youki

 

 Mais bon, personnellement, je trouve le slogan de Youki plus convaincant. Je le crois sincère. Ca se lit dans ses yeux.

 Je m’en vais d'ailleurs acheter la carte du parti. Je vais même en prendre 10 pour en avoir une gratuite. Et pis, p’tête qu’ils organisent une tombola, des fois… On sait jamais. Avec un peu de chance….

 Comme Youki est une super star et que je suis militante de base, je devrai de toute façon pas me coltiner sa mauvaise haleine.

 

 Si vous lisez la même sincérité que moi dans le regard de Youki, faites signe : je me ferai un plaisir de vous envoyer de quoi imprimer des affiches pour vos voitures et surcollages de tous poils.

17:12 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j hallucine |  Facebook |