03/07/2007

démocratie vs démagogie

PabloEtAuroraSur son blog, Ingrid Colisis a posté cette lettre envoyée il y a deux mois à la Ministre Fadila Laanan. (si cela vous dit, copiez-collez la phrase suivante dans votre fenetre de navigation)

 http://www.ingridcolicis.be/professionnel/folder.2005-08-10.6642708153/folder.2005-10-08.5869468621/plonearticle.2007-05-25.2628944182

 

 Je trouve la réponse de la Ministre adroite et pertinente : la politique de Pierre Bolle n’est pas élitiste : elle est démocratique. Les gens sensés savent que la démocratie est l’opposé de la démagogie.

 

  Sans être aucunement impliquée dans la gestion du personnel du PBA et n’entretenant avec Pierre Bolle qu’une relation courtoise, j’ai été assez proche de lui professionnellement pour savoir qu’il a une conception passablement pragmatique de la gestion des ressources humaines : Pierre considère que quand on a affaire à des adultes, ceux-ci doivent être en mesure de gérer leurs conflits eux-mêmes. Il estime également que les gens sont supposés faire ce pour quoi ils sont payés.

 La rationalité de ce point de vue s’oppose, bien entendu, à la réalité : le souci, c’est que les gens fonctionnent à l’affectif, un affectif régressif et complaisant quand on vient les déranger dans leur routine.

 Alors, ils adoptent des comportements de mauvaise foi qui confinent au harcèlement. Et quand un groupe se mobilise dans cette attitude on vire au phénomène du bouc émissaire : c’est plus facile de désigner un seul “coupable” (et en effet, Pierre Bolle a le mauvais gout de ne pas “reconnaitre les personnes”, ce qui est pourtant, chez chacun, un besoin de base) que d’envisager, pour le groupe concerné, de mettre en cause sa propre attitude (qui consiste en l’occurrence à défendre son bout de gras, ses anciens privilèges, sans s’interroger sur l’adéquation de ses pratiques au besoin du terrain).

 

 Cela dit, Pierre Bolle a une politique culturelle réellement démocratique : dans la programmation de l’Eden/PBA, il y en a pour tous et les approches sont variées.

 

 De plus, depuis les tout débuts de la première mouture du Centre culturel (dans les années ‘70, je crois), une politique d’éducation à la culture et d’accompagnement du public a toujours été menée.

 En direction du public jeune, elle consiste en une programmation spécifique (à ce titre, la Communauté française de Belgique peut se prévaloir d’un ensemble de compagnies de spectacles pour jeunes publics d’une qualité reconnue largement au-delà de nos frontières) accompagnée d’un travail d’animation.

 En direction du public adulte, cette conception démocratique de la culture se traduit ponctuellement par un travail de décentralisation dans les communes, par un événement populaire tel que le festival Bis Arts ainsi que par l’action de l’Agence Sambraisie.

 

 Cette démarche s’inscrit dans la ligne d’une politique culturelle héritée de Malraux qui visait à permettre au plus grand nombre d’accéder à la culture (avec, pour visée, l’accès à un “plaisir intelligent” s’opposant à la jouissance fate qu’offre la culture de masse aux cerveaux paresseux).

 En cela, elle constitue un ilôt de résistance parmi d’autres à la politique de laminage cérébral qui résulte de la prégnance des médias de masse.

 

 Il faudrait d’ailleurs se rappeler que ce sont des idéologues de gauche (Brecht en tête) qui ont assigné à l’art et à la culture la tâche d’inciter à réfléchir sur l’état du monde. Ce n’est certes pas en servant au public carolo du mou narcoleptique comme certains sont enclins à le suggérer que l’on réveillera sa conscience politique.

 

  Ps : je constate que, dans une récente parution du Vif, Pierre Bolle ne figure pas parmi "les 30 personnalités qui comptent à Charleroi".

 Je peine à y voir autre chose qu’un choix délibéré : Pierre Bolle agit pertinemment pour la culture à Charleroi depuis bien plus longtemps que toutes les personnes mentionnées, qu’il s’agisse de Jacques Cerami, de Xavier Canone, de Pierre-Olivier Rollin ou Patrick Descamps – des personnes dont il ne s’agit évidemment pas de contester l’action.... - Il en va de même pour les personnalités politiques et médiatiques.

 C’est un casting hâtif et partisan.

 Je trouve cette exclusion déplorable, de même, du reste, que celle de Charleroi-Danse.

12:27 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j hallucine |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.