13/01/2008

Ca chauffe

surdiacQuand je rentre chez moi, souvent mes deux chats m’attendent devant la porte.

Quand j’étais petite, je savais que ma mère allait rentrer vers 16 heures. Je l’attendais.

Un vendredi, ma mère n’est pas rentrée vers 16 heures. Elle ne m’avait rien dit. Personne ne m’a rien dit. Elle n’est pas rentrée. Ce soir-là, j’ai avalé un paquet de guimauves entier. C’étaient des petits sabots brunatres.

A l’époque, mes grands parents chauffaient leur salon avec un poele Surdiac en fonte. Le diable de la publicité Surdiac m’effrayait. Ce n’était pas le diable de l’affiche représentée ici. Il était plus athlétique, plus graphique.

Cette nuit-là, ça a chauffé. Je crevais de chaud. Le diable Surdiac est entré dans ma chambre. J’ai eu si peur ! J’ai vomi.

Mais bon, pour compenser, un après-midi où je faisais la sieste la fenetre grande ouverte, j’ai aussi reçu la visite de Dieu sous les traits du Moise de Michel Ange. Il était tout en or et assis sur un trône d’or. Et juste au moment où il allait entrer dans ma chambre, j’ai poussé un cri de terreur et ouf ! Il n’est pas entré.

 

 Ma mère est rentrée seulement le dimanche soir. Elle n’a rien dit. Elle m’avait apporté un livre : « les patins d’argent », une histoire qui se déroule en Hollande.Dès que j’ai été en âge de concevoir la chose, j’ai pensé que ce week-end-là, elle était allée avorter.

21:20 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je m expose |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.