25/01/2008

L'ordre public tout entier émane de moi

LouisXV-Rigaud"J'en suis le gardien suprême. Mon peuple n'est qu'un avec moi. Les droits et les intérêts de la nation, dont on veut faire un corps séparé du Monarque, sont nécessairement unis avec les miens et ne reposent qu'entre mes mains ».

Sarkozy? Non. Louis XV.

Et XIV aurait pu tenir le même discours.

 

 C'est dire que les traditions monarchiques ont en France la vie dure.

Davantage qu'en Belgique?

Ces temps-ci, on aurait tendance à l'écrire.

D'un côté de Quiévrain, un roi qui s'efforce avec bonheur d'être inodore, insipide et incolore, ce qui est à l’évidence la manière la plus fine d'assumer son de voir d'État. Et de l'autre un monarque qui frénétise qui tintamarre, qui ludionne et qui trépigne. Pénélope amphétaminée, il tricote et détricote sans cesse son programme et son calendrier. Le réajuste et l'amende à la diable. Lui fait des liftings et des implants, tout en l'agrémentant de ferblanterie et de verroterie pour qu'il fasse encore davantage bling bling, pouet pouet ou vroum vroum.

Tour à tour oiseux quand il parle de civilisation en triturant Edgard Morin, cagot - pour ne pas dire cafard - quand il suinte une religiosité fade ou carrément indécente et familier comme un caleçon quand il se pique de connivence et de cordialité, il saoule des sujets aujourd'hui mi ébaubis, mi-consternés mais qui, s'il n'y prend garde, pourraient se réveiller demain ni dupes, ni soumis.

 

 Yvon Toussaint dans LE SOIR de ce jour (la suite dans votre bibliothèque préférée)

 

 On aimerait rire.....

09:50 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je n ecris pas |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.