21/07/2008

"A cette époque-là,

Willy Ronis

je songeais souvent tristement à l'aridité des relations entre les sexes, à la distance qui semblait séparer même la plupart des gens mariés. Je pensais que c'était lié au fait qu'il n'y avait pas de bidets dans les salles de bain".

Un fragment de "Eloge des Femmes mûres" de Stephen Vizinczey, un roman que Pierre a mis entre les mains de Martine qui l'a déposé sur ma table de nuit.
C'est un roman initiatique pudique, plein d'ironie et d'humanité et surtout superbement écrit.

Une photo de Willy Ronis

16:00 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : texte, photographie |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.