02/08/2008

Vert

Au début des portraits, je me demandais dans quelle couleur réaliser les ombres sur la chair. Quand le moment est venu, je vois. Mais là, je ne voyais rien. La première fois, j’ai essayé un glacis noir. Quelqu’un a qualifié ce premier portrait d’ectoplasme et il avait raison : ces ombres noires lui donnaient un air de macchabée. Mon seul vrai macchabée date de mon passage chez l’entrepreneur de pompes funèbres (cfr les tags « humeurs funèbres »). Il était joliment fardé et je lui trouvais un air plutôt bonhomme. Mais on m’a dit que parfois, ces gens-là avaient des marques noires dans les sillons naso-génien et ailleurs qui donnaient un petit air de Michael Jackson dans « Thriller ».

J’étais trop bête de me prendre la tête alors qu’au 19eme, on a tout fait dans toutes les couleurs … Et puis, j’ai fini par trouver : suivant les zones, je fais les ombres en sienne brûlée, terre brulée, en brun Van Dijck, en violet d’Egypte. Relax.

Rossetti- Helene de TroieIl y a quelques années, j’ai visité une expo consacrée à Dante Gabriele Rossetti à Amsterdam. Rossetti a réalisé les portraits de quelques rousses londoniennes à la peau très blanche et ses ombres étaient vertes. On le voit clairement sur ce portrait d’Hélène de Troie. Ce n’est singulier qu’en apparence : les gens qui ont la peau diaphane révèlent des veines aux couleurs bleues et vertes et j’ai déjà vu des ombres vertes sur des peaux très blanches…
Comme je fais ça constamment, je vois des choses qui peuvent échapper à un oeil profane : c’est le fruit de l’expérience.
Il y a autre chose, d’ailleurs : c’est que la représentation précède la perception et que l’on perçoit en fonction de préfigurations mentales qui nous permettent, par exemple de combler des lacunes mais aussi infléchissent notre perception en fonction de ce qu’on « sait » de l’objet : c’est ce qui nous rend invraisemblable l’idée d’ombres vertes sur la peau.

A une époque, j’ai logé au 4eme étage à Bruxelles. C’était l’hiver et je voyais le jour se lever sur les toits de Saint-Gilles. Un matin, j’ai vu une aurore verte. Et je me suis rappelé une peinture de Maxfield Parish où le ciel était vert. A l’époque, j’y avais vu l’effet d’un maniérisme quelconque…. Ouvrez l’œil : vous ferez des découvertes.

Tout ça pour dire que je vois maintenant du vert  sur les visages et que j’en mets dans les ombres. Pour fêter ça, si ça vous dit, cliquez sur le portrait d’Hélène de Troie.

07:59 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art, peinture, j ai des visions |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.