04/04/2010

A contre-courant

Mon gène « petite frappe » a encore frappé. Ca faisait longtemps.

A la faveur d’une rencontre kitsch, un amoureux d’Alizée (l’ex pouliche de Mylène Farmer), j’ai découvert le lavoir-triage de Peronnes lez Binche, un mastodonte de béton érigé en 1954 avec des fonds alloués par le Plan Marshall et fermé juste cinq ans plus tard. Dans l’état d’abandon où il est resté durant toutes ces années, il a attiré de nombreux amateurs de friches industrielles et même des gens de goût, comme Alizée, donc, qui est venue y tourner le clip que voici.

Un jour quelqu’un y a trouvé de l’intérêt. On a classé le bâtiment et entrepris de le réhabiliter.

Je lis ici qu’en 2005, Marie Arena a posé la première pierre de la restauration pour affecter le lieu à un centre de compétence multimédia gnagnagna. Le bâtiment étant réalisé en béton, ce serait bien qu’on indique quelle pierre Marie a posée.

Début 2009, Le Soir écrit que des négociations laborieuses retardent la fin des travaux qu’on espère pour 2012.

En mars 2010,j'ai appelé l'administration communale de Binche où l'on m'a dit que les travaux étaient achevés et que le bâtiment était ceint d'une barrière munie d'une alarme.

Attention! Ronny et moi, on a franchi la barrière et bravé l’alarme (réputée électronique) : il suffisait de marcher 5 mètres vers la droite et de passer entre deux arbres maigrelets. On a fait le tour du propriétaire et on a vu que c’était un décor Potemkine : une façade restaurée (et déjà prise d’assaut par les vandales) abritant des ruines apocalytiques. C'est vrai que 2012, c’est pas loin.

100329111808333_18_000_apx_470_

 

10:13 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.