24/07/2010

« de rien » ou Comment couper le rapport ?

eucharistie-mgr-de-s-gur.jpg

Ca vous est déjà arrivé d’éprouver de la gratitude pour un service dont vous avez bénéficié et de dire « merci » - ou quelque chose de plus enrobé – à quoi on répond : « de rien ».

Qu’est-ce que vous avez senti ?

Moi, quand on me dit « de rien », ça me fait comme si on coupait le lien d‘amour que j’envoie à la personne que je remercie.

Et puis, flotte aussi là derrière une masse confuse de clichés surannés provenant des cours de morale, ou de religion ou de morale ? (Je ne sais plus parce que je passais de l’un à l’autre suivant que c’était le vieil abbé distributeur d’images pieuses ou pas. Celles que je préférais, c’étaient celles dont le bord était découpé comme celui des napperons de tartes en papier).

Bref ! Il faut se sacrifier pour les autres, penser aux autres avant soi-même, l’abnégation et tout.
Et donc, tout ça, c’est rien parce que c’est comme ça que ça doit être : c’est normal que tu me fasses passer avant toi.

Notez que c’est complexe parce que « rien », ça veut dire « quelque chose » : ça vient du latin « res » qui signifie «chose ».

Alors, l’idée m’est venue de suggérer aux personnes qui acceptent mon influence de dire « avec plaisir » et un sourire plutôt que « de rien ». Ca ouvre. Ca respire. Ca fait plaisir. On se sent bienvenu. D’ailleurs, récemment, à la radio, j’ai entendu quelqu’un répondre : « Vous êtes bienvenu »…. et ça m’a sonné faux à l’oreille. Soudain, ça ressemblait trop à une traduction littérale de l’anglais.

 

17:26 Écrit par Patricia Mignone | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.