02/11/2008

Emmeline et Matthieu

Que des bonnes raisons pour poster ceci :

Pour entendre (lire) Lucienne me dire : « Tu ne t’arrêterais pas là ? » (sous-entendu : « et si , en couleur, ça devenait moche ? »).
Pour mon fan marcinellois privé depuis si longtemps.
Parce que je ne vais plus pouvoir travailler sur ces tableaux durant un moment.
Parce que j’ai atteint l’étape où je passe à la couleur.

Patricia Mignone - visage MI

M I et Matt ont eu la gentillesse de poser pour moi. Je les trouve très beaux et ça m’émeut de travailler sur ces tableaux.

Matthieu a, de surcroit, eu l’idée de mettre les mains derrière le dos et c’est très bien :

1/ ça le met dans une position de Saint-Sébastien qui me donne une bonne idée : je monterai la photo de ce tableau sur un panneau de liège et je la lui offrirai avec des fléchettes…

2/ je ne dois pas réaliser les mains, donc... Or, à l’époque où le portrait peint avait du sens, le prix du tableau se négociait autour de la question de savoir si on pouvait se payer les mains. Si nécessaire, on les mettait dans le dos, on en plaçait une dans le revers…. On voit ce genre de négociation dans « Les Fantômes de Goya », un affreux film avec mon idole, Javier Bardem.

Je vous montre les deux tableaux (en cours) juxtaposés par photomontage ainsi que quelques détails.

Patricia Mignone - MI et MattPatricia Mignone - main MIPatricia Mignone - pieds MIPatricia Mignone - jambes Matt

 

 

 

 

 

 

 

PS : Emmeline n'a certes pas les cheveux blancs.
Pour les personnes qui n'auraient pas suivi, on comprend comment ça marche en s'en référant aux posts consacrés à Stephanie dans le tag "je peins".

18:16 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je m expose, je peins |  Facebook |

03/07/2008

Aurore, Lisa et Zekyie

 lisa. Patricia Mignone

 

 

C'est vrai , j'ai déjà montré le portrait de Lisa. Mais là, il est fini.

 

aurore.Patricia MignoneVoici celui d'Aurore qui est également terminé. 

 

 

 

 

zekyie Ici, c'est un tableau qui est en cours de réalisation.
Je viens juste de passer le premier glacis  de couleurs.
Dans son état actuel, il a l'étrangeté d'un portrait de vierge de...je sais plus qui! Il faut que je retrouve!
J'aime bien travailler sur ce tableau parce qu'il est d'une netteté dont je n'ai pas l'habitude : le fond était très lisse, je le ponce entre chaque couche pour éviter les reliefs intempestifs. Je ne me rappelle pas avoir eu un tableau aussi propre... (les portraits d'Aurore et Lisa sont très sales, par exemple...Je ne vous souhaite pas de les voir de près... ;o) )

C'est le portrait d'une jeune Turque. Il y en a un deuxième.

Il fait partie de la série inaugurée avec "Stephanie" où je joue avec les portraits féminins de Primitifs flamands.
Là, ce sont des portraits réalisés dans le style des Primitifs flamands.

Ils mesurent plus moins 25/35 cm 

19:56 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je m expose, je peins |  Facebook |

28/06/2008

Maître / Maîtresse

Patricia MignoneC’est bête que l’usage refuse à « maîtresse » certaines nuances propres à « maître » : on dit « un tableau de maître », pas « de maîtresse »…Heureusement, grâce à moi, ça va changer.
Votre primitive wallonne préférée vend son premier tableau.

Le monsieur l’a vu il y a un an. Je crois que son souvenir est légèrement biaisé : il le croit beaucoup plus grand qu’il n’est. Or, c’est un tout petit format : 14/15 cm.
En plus, il semble avoir oublié que le personnage a le crâne fendu…

J’ai dit : « ça me flatte ». Il a répondu : « c’est moi qui suis flatté que tu acceptes de me le vendre ». Je sais pas ce qu’ils ont, tous ces gens, à croire que je ne veux pas vendre….

Appelez-moi désormais « maîtresse » : je ne vous frapperai  que si vous me le demandez.

00:50 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peinture, je m expose, je peins |  Facebook |

08/06/2008

Peindre et faire l’amour

Non pas peindre ou faire l’amour : j’ai pas vu ce film. A priori, le troc, j’aime ça mais bon… l’échangisme, non merci.
La palette de Delacroix
Il y a quelque temps, un petit Julien de 8 ou neuf ans me regardait peindre et m’a dit : « toi tu es célibataire ». J’ai demandé d’où cela lui venait. Il m’a répondu : « quand on peint, on n’a pas besoin d’amoureux. » Sa tante lui avait expliqué que quand on peint, on est comblé. Eh oui ! J’en ai parlé avec d’autres à plusieurs reprises qui m’ont confirmé qu’eux aussi connaissent un état de jouissance qui dure bien au-delà du temps de l’acte. Ca fait donc quelques heures de félicité. Et puis, on a une bonne tête et on distribue de la joie de vivre avec ses yeux qui papillonnent.
Récemment, un copain m’a demandé comment je faisais pour « m’y mettre ». (Chez lui, il est plutôt question d’écriture et c’est du genre laborieux). La réponse est un peu insolente puisque je n’ai que ça en tête….Quand je suis en phase de production, je suis intoxiquée ! En manque ! Et donc, j’y suis déjà avant de m’y mettre puisque j’y pense tout le temps… Je suis amoureuse, quoi !
Peindre = faire l’amour.

Voilà comment on devrait recycler les pulsions des malfrats : en les mettant devant un chevalet. Ca, c’est l’idée du jour.
(Mince ! je crois que d’autres y ont pensé avant moi…)

En illu, la palette de Delacroix. (La mienne est beaucoup moins glamour).

22:58 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je peins |  Facebook |

29/05/2008

I’m not Ada

Patricia Mignone - MadoCe n’est pas facile de trouver des modèles enfants.

Les amis me prêtent leur corps et leurs enfants les yeux fermés, les autres beaucoup moins. L’ombre de qui-vous-savez alourdit tout et, tant qu’à faire, même une femme, même en présence des parents semble capable de tout.

Un jour, J’ai obtenu qu’une petite fille pose pour moi, en présence de ses parents, of course.

Elle devait avoir deux ans et demi.

A l’époque, j’avais un projet. J’aurais voulu qu’elle prenne une pose précise mais elle ne l’a pas fait : les enfants, c’est turbulent. Alors, j’ai pris le parti de m’accommoder de ce qu’elle me donnait, de créer autour des postures qu’elle adoptait.

Patricia Mignone -Mado1Parmi tout ce qu’elle m’a inspiré, j’ai réalisé le tableau qui contient du texte. Quand je l’ai montré aux parents, ils ont eu peur. Ils trouvaient que ça mettait trop en valeur la féminité de leur petite fille et m’ont demandé de ne dévoiler ni son nom ni son adresse. Moi, c’est justement l'innocente évidence de sa féminité qui m’avait touchée. Cette petite fille m’avait beaucoup inspirée et j’avais en tête pas mal de projets mais…cette histoire m’a coupé le sifflet : je n’ai plus eu envie de rien.

Patricia Mignone- Mado21 tableau et deux photo-montages inspirés par la demoiselle en question.

20:31 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : j ai des visions, peinture, je peins, je m expose, photographie |  Facebook |

12/11/2007

Je me souviens

Du Palazzo Vecchio. Et Madame Bernard se retrouve sans le savoir avec un bout d'Italie renaissante dans son hall d'entrée. Ne pas mentionner ses sources!PatriciaMignone1PatriciaMignone2PatriciaMignone3PatriciaMignone4

20:43 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je peins, je n ecris pas, peinture, je m expose |  Facebook |

20/04/2007

Stephanie

Patricia.Mignone C'est fini depuis un moment mais j'avais oublié de vous montrer la version finale. La voilà.

22:07 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je peins |  Facebook |

25/02/2007

Il y a dans les yeux d'Aurore

A l'encre des années écrites sur un livre d'or

 Toute une histoire qui brille

 C'est tout simplement sa vie

 Et les souvenirs

 Que je peux lire

 Vous emmènent danser

 Dans son passé

 Danse, danse, dansait Aurore

 Avec ton fiancé

 Danse, danse, dansait Aurore

 Et vive les mariés

 ......

 Un fragment de Pierre Rapsat

 

Aurora

 

Aurora a aimé le tableau avec les chaussures

 

Elle l'a célébré en dansant le flamenco

22:52 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peinture, je peins, j ai des visions |  Facebook |

28/01/2007

Peindre, ça vous inspire ?

Villa dEsteJ’organise un stage fin septembre 2007 en Italie.

 

Voilà l’occasion de cumuler de belles aventures : apprendre sur de vrais murs (et non sur des panneaux rikiki qui ne vous laissent aucun souvenir) dans un lieu sympa pour plein de raisons et, of course, dans une ambiance détendue et néanmoins attentive.

 

Vu le contexte, j’ai prévu un séjour de 7 jours : 5 pour le stage et deux pour la détente.

 

Si cela vous dit, ouvrez le pdf d’info dont voici le lien :

 

http://www.tiepolo.be/stages/Stage.de.peinture.en.Italie.pdf

 

18:55 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je peins |  Facebook |

25/01/2007

Les pompes et mes œuvres

79Voilà les 3 toiles in situ.

 

Les cercueils étaient occcupés.

 

J’ai fini par cesser de m’effaroucher et j’ai bel et bien vu un macchabée et même deux.

 

Le vieux monsieur était tel qu’on décrit habituellement les défunts : il semblait fait en cire.rose

 

Les bouquets du salon rose étaient joliment assortis au décor.

 

La cliente m’a amenée dans le salon funéraire bleu et m’a dit que l’enfant du centre sur la toile, c’était trop triste, que ça lui faisait penser au petit BB qu’elle a perdu.

 

Mais il y a pire…J’ai fait un ancrage olfactif, du genre « madeleine de Proust » : je me suis fait une madeleine funéraire. Ce soir, j’avais une réunion ailleurs où régnait le parfum qui flotte dans le 90funérarium.

 

Cette odeur est inscrite à jamais dans ma cavité nasale! Arf !

21:23 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je peins, humeurs funebres |  Facebook |

25/12/2006

Ca vient...

7Je ne voudrais pas vous laisser croire que j’ai définitivement quitté la civilisation…Voilà à quoi nous étions occupée hier mon assistante préférée et moi : poursuivre Annabelle (prononcer « Annabella Bella ») et peaufiner Steph.

 

Steph, c’est occupé à se conclure : tous les blancs sont bien bouchés : j’en suis maintenant aux contrastes finaux qui achèvent de dessiner les formes : sur les crêtes, les blancs font avancer les volumes et les tons sombres creusent ce qui doit encore reculer. Je pourrais encore contraster les plis sur la coiffe ainsi que sur la chemise. C’est surprenant de constater combien un tissu blanc peut générer des ombres sombres.

 

Je dois encore peaufiner un peu la ressemblance dans le visage et ajouter des couleurs. Les pieds, en fait, ne sont pas trop bronzés : je les ai juste colorés mais je n’ai pas retravaillé les volumes… pas grave : je reprendrai où je me suis arrêtée.

 

Je dois également « nettoyer » les pourtours.Suivant que le fond est clair ou foncé, le bord de l’ »objet » contraste « naturellement » avec ce fond. Si vous regardez, le bord du bras de droite (votre droite) est sombre. Ca indique que le fond sera clair. Par contre, le coude juste en-dessous est clair, ce qui indique que le fond sera foncé. Ce n’est pas un artifice : jetez un coup d’œil sur les objets qui vous entourent : ça fonctionne exactement comme ça : un objet sombre sur fond sombre comportement sur son bord un trait de lumiere .

 

Pendant ce temps, Céleste contrôle les opérations…Mais comme le laisse deviner le sort fait aux pinceaux (notez qu'elle a son pinceau personnel mais les choses des autres sont toujours plus intéressantes, of course), ma jolie vestale est aussi une jeteuse de sorts : elle multiplie les figures de kung fu devant le trrrrès vieux chat Gabriellepinceauxportrait ronchon qui n’en peut mais, elle retourne les écuelles, se brule les coussinets sur les plaques vitro-céramiques, fait le kangourou dans le jardin, ce qui l'amène forcément à pieds joints dans les crottes du vieux chat…Enfin,...puisque ex-Nigrou a plongé dans la cuvette des WC, je suis tout de suite rassurée de penser que c'est génétique...

 

Bref ! joyeux Noel !

11:11 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peinture, je peins |  Facebook |

23/12/2006

Annabelle - mon orgasme du 22 décembre

les mains de StephEmmeline m’avait prévenue : j’étais en condition. N’empêche : « être en condition » et « etre dans les conditions », c’est pas pareil (un peu comme « mettre au jour » et « mettre à jour », tiens….). L’autre soir, quand il a abordé le sujet, Raphael Charlier s’est moqué de Francis Lalanne qui aurait déclaré avoir un orgasme quand il était en scène (Je précise tout de même que Lalanne ne fait pas partie de mes 14 827 idoles….)… Le rôle de bouffon trash qu’il pratique sur Pure FM empêche peut-être RC de déclarer publiquement que quand il est sur scène, il voit bien de quoi parle Lalanne. Je préfère cette hypothèse là à l’autre….Il y a plein de gens qui peuvent s’offrir des orgasmes longs, cools, suavement toxiques (au point de laisser bruler le repas, ce qui fut mon cas hier. Ca…mes enfants l’ont expérimenté à l’envi) quand ils le souhaitent. Mon orgasme d’hier , je me le suis payé avec Annabelle, la sœur de Stephanie. Annabelle, c’est une photo de nu que j’ai gardée d’elle. Et hier, je passais à la couleur. Et comme j’aime Annabelle – sa fraicheur, sa modestie, son absence d’affectation – j’ai super envie que ça aille. (Euh ! En fait, j’ai toujours envie que ça aille..). Je n’ai pas de photo : en lieu et place, je montre des bouts de Steph qui – faudrait pas croire – approche de sa conclusion. les pieds de Steph

 

Oh Yeah !

 

(voilà le genre de bruits qui me font plaisir…Je crois que c’est la jeunesse et le coté joyeux qui me font de l’effet…J’ai même pas honte….)

 

http://www.youtube.com/watch?v=Hl102jW16fY

08:38 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peinture, je peins |  Facebook |

03/12/2006

Des mois de travail

Desiree DolronDans l’article de Luc Desbenoit (Telerama 2968) sur le très beau travail photographique de Desiree Dolron, je lis : « elle a travaillé pendant des mois à l’aide de l’outil numerique». Oui mais « des mois » à raison de combien d’heures par jour ?

 

Loretta LuxA une époque où je me piquais d’écrire, une romancière belge s’était étonnée que j’aie écrit en huit mois quelque chose qui prétendait au statut de roman. « Moi, il me faut 3 ou 4 ans », disait-elle. Umberto Eco, lui, a consacré 8 ans au "Nom de la Rose". Huit ans à raison de 2 mois par an puisque comme vous le savez, il est professeur, chercheur, conférencier et tout ce que vous voudrez. Loretta Lux dit également qu’elle passe « beaucoup de temps » sur la création d’une photographie. Et moi, qu’est-ce que ça fera quand je dirai que j’ai passé 200 heures sur « Stephanie » ? Ca n’a d’autre valeur qu’indicative. Vous penserez : « Il faut être siphonné pour consacrer autant de temps à ce genre d’activité » ou peut-être quelque chose de plus empathique si le terme « passion » vous parle.

 

Qu’ont-ils besoin de s’appesantir sur une information aussi floue (« 6 mois » à raison de combien d’heures par jour, donc… information dont je ne conteste nullement la véracité puisqu’il m’est arrivé de passer des jours sur Photoshop à travailler un photomontage) quand la précision n’exerce aucun impact sur la « valeur » de l’objet.

 

Henri MatisseC’est la notoriété qui fait la valeur. Qui ignore cette réalité ? (je ne prétends évidemment pas que les artistes reconnus sont médiocres...) Pour prendre un exemple très schématique, combien d’heures estimez-vous qu’Henri Matisse ait consacrées à l’un de ses découpages ? Je n’ai pas la réponse. Je crois toutefois que cela ne surprend personne de payer 30 euros pour une simple reproduction en poster de l’un d’eux.

 

 

moi en Claire ChazalA l’heure actuelle, Je jouis d’une gentille réputation en tant que peintre décoratrice qui fait que mes clients acceptent mes prix sans broncher. A mon niveau très modeste, je constate déjà que je fais l’objet d’un mini-processus de « mythologisation » : on parle régulièrement de moi dans des revues. Ca me confère une aura qui amène des gens à avoir envie de me connaître. Ce qui s’ensuit, c’est autre chose car, moi, je vis dans le réel et je ne corresponds pas nécessairement à ce qu’on imaginait (Rha la la ! Des fois, il faudrait que je songe à prévenir que je ne ressemble pas souvent à Claire Chazal – contrairement à ce que laisse croire le très joli portrait que Louis-Philippe Breydel a fait de moi - que je roule dans une Honda qui a 270.000 km au compteur , que, bien que j’aie renoncé à mes deux doudous et ma bouillotte, l’hiver, je nourris une allergie à je ne sais pas quoi qui me donne les yeux fripés et bouffis surtout le matin…)….Tout cela pour dire que le fait que mon nom et mon image circulent légitiment mes prix (qui sont ceux du marché, je le précise tout de même…). « Je suis connue : c’est normal » et en sus, les gens bénéficient de mon scrupule, de ma ponctualité, ce qui n’est pas nécessairement garanti dans le milieu. moi en artiste par Louis-Philippe BreydelPour les tableaux, je ne suis pas connue. C’est un public différent. Et les 200 heures ne font pas le poids. Le galeriste chez qui j’ai fait mon unique exposition – la première, la dernière et la plus récente - me dirait : « si vous voulez vendre, 800 euros, c’est bien ». Wim DelvoyeMais je ne veux pas vendre ! Ouf ! Je n’ai aucun besoin de brader ce qui m’importe le plus ! Je vais d’abord tenter d’opérer la jonction miraculeuse et, comme Wim Delvoye, ma référence ultime en matière de self-marketing, attendre que ma cote ait monté pour y songer. Rho ! Mais comme c’est trivial! Je parie que vous venez de cesser de m’estimer !

 

Là-dessus, je vous suggère une petite lecture dont je dois la découverte à Marco : « L’élite artiste – Excellence et singularité en régime démocratique » par Nathalie Heinich. Bib. des Sciences humaines - Gallimard. 2005

 

les photos de moi sont l'oeuvre de Louis-Philippe Breydel

16:09 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peinture, je peins, j ai des visions |  Facebook |

30/11/2006

Steph : Mi’zelle toute à l’envers

7C’est elle et c’est moi.

 

Elle est de coté parce que je travaille dessus comme ça et que je vais continuer…et même toute à l’envers…la tête carrément en bas.

 

Pourquoi ce comportement étrange ? De cette manière, je ne me soucie pas de la réalité que je cherche à restituer mais des formes présentes sur mon modèle (le modèle, on y viendra). Je « raisonne » en termes de formes non en termes d'objet (le nez, les yeux…) et c’est important car, alors je ne suis pas « encombrée » par la représentation a priori que je m’en fais et ce n’est pas « ça », précisément que je cherche à restituer.Je ne vous ai pas encore dit que j’étais une enfonceuse de portes ouvertes ? Eh bin, c’est fait…. Cette manière de procéder correspond à la « méthode du cerveau gauche » que je ne vais pas vous décrire parce qu’elle correspond à ce que je viens de dire (si MI jolie passe par là, elle donnera d’ailleurs certainement le lien vers le brillant exposé qu’a fait une participante à une soirée « filles avec cerveau » où j’ai été particulièrement « réactive »)Avec moi, il y une petite nuance, of course.Comme je suis gauchère, mes paramètres sont inversés et donc, moi (parole d’expert), je pratique la méthode du cerveau droit. Na !

 

En ce qui concerne le modèle, vous voyez que je peins d’après photo.

 

« Quelle imposture ! », direz-vous….Je commencerai par répondre : « faites-le. On verra ce que ça donne».

 

ProserpinePlus sérieusement, je travaille d’après photo parce que je ne me prête pas une importance suffisante pour demander à quelqu’un de poser . Notez, pour information, qu’à ce stade, j’en suis à plus de cent heures de travail…

 

Par ailleurs, l’imposture en question est aussi vieille que la photo elle-même. Intéressez-vous de près à un peintre du 19 ème ou du 20ème siècle, il y a souvent de la photo derrière ses réalisations : voyez Fernand Khnopff, Eugène Delacroix, Marie Laurencin, Dante Gabriele Rossetti qui ne s’est pas contenté de travailler d’après les clichés de la femme de William Morris mais a embarqué le modèle…De l’autre coté, quelqu’un comme Eugène Atget a travaillé pour Georges Braque, Maurice Utrillo…Ben voui….

 

Et pour continuer avec les gens intéressants, si vous voyez de tout près un tableau de Rossetti (il y a eu une expo à Amsterdam il y a 2 ans), vous constaterez que sur les visages de ses jolies Anglaises rousses les ombres sont vertes….

 

L'illu : Jane Burden, Madame Morris, interprétée en Proserpine par Rossetti

22:13 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peinture, je peins |  Facebook |

19/11/2006

Stef : juste un détail

6 De plus près cette fois.

 

La couleur arrive mais à ce stade, le sujet reste verdatre (comme le Pierrot Spa : elle doit aussi avoir un truc en travers du gosier).

 

Techniquement, le teint blême vient évidemment du substrat bitume/bleu de Prusse. On ne couvre pas si facilement dès la première fois qu’on apporte de la couleur.

 

Ce substrat a de l’importance parce qu’il constitue le fond de la teinte de la chair. Quand on ne digère pas ses 4 pains au chocolat du dimanche matin ou quand on a la peau très blanche et résistante au bronzage, on est aussi un peu verdatre (surtout sur les jambes). Et si vous regardez l’intérieur de votre poignet, le creux de l’articulation du bras (le creux poplité, si vous n’êtes pas hyperlaxe, c’est un peu plus compliqué), vous y trouvez cette couleur : les veines sont turquoise ou bleu outremer. Et puis, si comme moi, vous étiez en contemplation quand votre grand mère vidait une poule, c’est la couleur d’une partie des entrailles. Et je parie que les notre sont tout pareilles. Donc ce teint vert de gris, c’est la couleur de la chair à l’intérieur. Et, moi qui n’en ai jamais vu, je me demande si les macchabées n’ont pas un peu ce teint.

 

Parfois, les anciens utilisaient la teinte dite « terre verte ». Moi, je cuisine un peu.

 

Et en tout cas, quand vous visiterez encore la section d’un musée consacrée à la peinture du XVème, si ça vous dit, soyez attentif : parfois, le peintre n’a pas suffisamment saturé les blancs et l’on voit encore bien la terre verte sous le glacis coloré.

18:48 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je peins, peinture |  Facebook |

12/11/2006

Stef the nun

5Une montée de blancs partout sauf le voile.

 

Le visage est plus lisible et l’on (enfin « je ») remarque surtout que j’ai mal travaillé sur le pantalon : le modelé est plus rudimentaire que lors de la montée précédente.

 

Mais qu’as-tu fait, Patricia (sœur de lait de Gaston Lagaffe !) ?

 

J’ai utilisé du siccatif ! Le glacis a séché trop vite ! Du coup, le blanc a accroché au lieu de glisser et je n’ai pas eu le temps d’affiner le modelé!

 

En fait, je voulais prendre un raccourci car ce pantalon me cherche des poux. Vrai !

 

Comme le détail de l’explication est un peu ridicule et que ça suffit déjà que j’admette avoir fait une gaffe, je n’en dirai pas davantage ! Nous nous contenterons donc de noter (surtout moi) que quand les surfaces sont très grandes, utiliser du siccatif n’est pas la solution!

 

Enfin! Rien d’irrécupérable : juste du temps perdu.

 

Ach! elle me met sens dessus dessous cette Steph! Elle me fait soudain penser à cette info pas trop périmée que voici :

 

L'EVECHE DE LIEGE ECRIT AUX JEUNES

 

Les élèves des deux dernières années du secondaire de l'enseignement catholique ainsi que ceux suivant les cours de religion dans les écoles de la Communauté française sur le territoire de l'évêché de Liège recevront bientôt une lettre personnelle signée par l'évêque de Liège, Mgr Jousten.

 

L'évêque invite les jeunes à réfléchir sur leurs convictions religieuses et sur leur avenir en tant que chrétiens. Et de leur demander si "devenir prêtre ou s'engager dans la vie religieuse ne pourrait pas être un choix" pour leur avenir.

 

15.000 exemplaires en français et 16.000 en allemand ont été imprimés.

 

Voici la source : http://www.rtl.be/page/rtlinfo/articles/societearticle/227.aspx?articleid=65436

20:03 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je peins, peinture |  Facebook |

09/11/2006

Stephanie : Elle est Disco!

4(Et elle ne ressemble toujours pas...Et c'est pas grave!)

 

Une autre montée de blancs.

 

Si vous ne suivez pas, référez-vous au post précédent concernant l'évolution de ce tableau : actuellement, je n'ai aucune précision à ajouter.

 

Ah si! (suis-je bête!) Au bord du septième cercle, un type m'a demandé pourquoi il y avait tant d'espace vide à gauche. Il trouvait que je devais recouper le panneau (pour en faire un autre, évidemment).

 

Ca mérite un référendum, je crois.

 

Allez! On y va!

 

Voilà l'avis de Marco : "Ca me fait penser au père de Bernard Clavel qui, lorsqu'il a vu le premier recueil de poésie de son fils, trouvait que c'était dommage de ne pas remplir complètement les pages, que ça gaspillait le papier..."

20:16 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je peins, peinture |  Facebook |

07/11/2006

Et en plus elle est gauchère

dufr00a2Je ne vous dirai pas où je me trouve ces jours-ci (tout de même quelque chose comme l'entrée du septième cercle, comme dit Marco). Je préfère ne pas y penser : je peins et j'oublie. Merci de ne pas me le rappeler. Et c'est ainsi que Stephanie sourd du néant sous mes doigts sinistres

 

Un type dit : "Et en plus elle est gauchère".

 

Je réponds : "Ca ne change rien, Monsieur".

 

"Comment ça?", demande-t-il (dubitatif, si si...).

 

"Je suis aussi adroite de la main gauche que vous etes adroit de la main droite".

 

"Ah bon! Dit le type. Je ne l'aurais jamais imaginé. Vous m'apprenez quelque chose...".

 

Mais bon, une dame m'a également dit, l'air sybillin : "Une gauchère! Les gauchers sont les plus adroits."

 

Devant tant de profondeur, je fonds d'aise.

22:42 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je m expose, peinture, je peins |  Facebook |

05/11/2006

Stephanie : double mixte

3

J’utilise la technique mixte supposée être l’héritière de celle des Primitifs flamands. Il s’agit d’une technique à l’huile fondée sur la mise en œuvre de média artisanaux. Elle implique une alternance de glacis (transparences colorées) et de blancs neutres au moyen desquels on façonne le modelé.

 

On ne réalise pas le modelé en un seul passage : en fonction de l’adresse et de l’expérience du peintre les couches de glacis et de blancs se succèdent un nombre de fois indéfini (pour donner un ordre d’idée, cela peut (mais ne doit pas) aller jusqu’à plusieurs dizaines de passages. On monte d’abord les blancs en bichromie avec une teinte neutre déterminée par le rendu final souhaité (ambiance chaude ou froide traduite par un bleu de Prusse ou un bleu outremer). Lorsque le modelé satisfait, on passe à la couleur.

 

Quand on examine de près un tableau d’un Primitif flamand, on perçoit aisément la transparence des glacis. Parfois, on relève des « repentirs », le tracé ancien d’une posture de membre prévue à laquelle on en a finalement préféré une autre.

 

La saturation progressive du blanc vers les zones les plus saillantes du modelé a pour effet d’opacifier, autrement dit, de réfléchir la lumière plus intensément. C’est ainsi que l’impression du volume se fait jour … je sais…mon campinexplication tourne en rond…..J'essaie juste d'être claire... . Si vous faites l’expérience consistant à placer un point blanc au centre d’un carré noir et l’inverse, vous constaterez que l’on perçoit le noir en retrait par rapport au blanc, que le blanc semble etre en avant (id.).

 

Et donc, voilà une première montée de blancs.

 

Voici aussi le portrait de Robert Campin (celui que je copie).

 

Merci de ne pas me reprocher l'absence de ressemblance. A ce stade, c'est hors sujet...

09:27 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je peins, peinture |  Facebook |

01/11/2006

Stephanie : un dessin

2Voilà la première étape : le dessin. Je n'ai pas encore grand chose à dire à ce sujet sinon, qu'il faut un dessin puisqu'il s'agit de peinture figurative et non, par exemple, d'action painting. Il est fait au broux de noix qui disparaitra sous les couches de blanc.

J'ai cadré plus large de manière à vous présenter mes petits outils :

à droite, l'étui de ma paire de lunettes (où sont les lunettes, c'est autre chose...). Le jour où j'ai compris que j'avais besoin de lunettes pour peindre, ça a vraiment changé quelque chose....

Au centre, une petite fiole. Elle contient du siccatif, un produit dont on use à dose homéopathique et qui, comme l'indique son nom, accélère le séchage. Je ne l'utilise que quand je dois mettre le turbo, ce qui est rare.

A gauche, les tubes de peinture. Pour démarrer, en l'occurrence, c'est un mélange de bitume et bleu de Prusse.

Chardin-singepeintreSur la tablette, ma poupée. C'est le baton sur lequel je pose la main quand je peins. Il porte le bras, ce qui épargne un sérieux effort musculaire quand on se concentre sur une tâche minutieuse, évite également de passer dans la peinture fraiche et donne plus d'ampleur au geste. Le petit singe peintre de Chardin (d'abord indique que cet objet n'est pas mon invention ensuite) montre comment on tient cet objet prosaiquement dénommé "appuie-main".

Ah oui! J'oubliais de signaler un truc stupéfiant : je suis gauchère. Dit comme ça, ça a l'air acrobatique (surtout aux yeux des gens qui le voient ("et en plus, elle est gauchère"...) mais ça ne change rien du tout, je vous le promets : je suis adroite de la main gauche et gauche de la main droite. Et voilà.

Si ça change qqc au résultat, c'est vous qui en jugerez.

22:04 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je peins, peinture |  Facebook |

29/10/2006

Stephanie : fond blanc

1Non, il ne manque pas de carré blanc sur ce fond blanc : je ne suis pas adepte du suprématisme ni plus minimaliste que Malevich.

 

C’est la première étape d’un tableau : le fond. Et c’est déjà pas mal. C’est une plaque de bois lamellé de 75/122 cm couverte de plusieurs couches d’enduit composé de colle de peau de lapin, de blanc de Meudon, de blanc de zinc et d’huile de lin (sans sel). La surface est bien lisse.

 

On m’a parfois suggéré de faire des photos des étapes de la réalisation d’un tableau. J’en commence une petite série et je vais vous tenir au courant de l’évolution de l’un d’entre eux. Il s’intitule « Stephanie ».

 

Les tableaux de cette série comportent une part de copie de portraits féminins de Primitifs flamands. Celui de Stephanie intègre un portrait de Robert Campin (début XVème) . Campin a eu pour élève Roger Van der Weyden à qui j’emprunte également un portrait que j’associerai à Katia, ma pin up préférée (The one).

20:35 Écrit par Patricia Mignone dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : je peins, peinture |  Facebook |